Labé: les prostituées et tenanciers de maquis sommés de libérer le Palais de la Kolima

avril 19, 2018 1:28
0

Après la sonnette d’alarme tirée par les riverains et la presse, les autorités administratives de Labé décident enfin de mettre fin à la débauche qui était devenue monnaie courante dans l’enceinte du palais de la Kolima. Centre, initialement dédié à la promotion des sports et la culture, s’était transformé en un véritable lieu de prostitution mais aussi de débit de boisson.  Une visite inopinée effectuée récemment par le gouverneur et le préfet de Labé sur les lieux, a mis à nu ces pratiques de dépravation, attentatoire aux bonnes mœurs dans la cité.

 «Effectivement, monsieur le gouverneur et moi, accompagnés de certains membres de nos cabinets, avons fait le déplacement suite à tout ce qu’on raconte concernant le palais. Donc, nous avons jugé utile d’aller constater de visu ce qui se passe là-bas. Nous sommes arrivés sans prévenir et nous avons constaté que dans toutes les parties du palais, c’est de l’alcool qu’on vend et c’est la prostitution qui se fait. Les visages que nous avons vus, sont indescriptibles. Certains ont même voulu nous agresser», soutient El Hadj Safioulaye Bah, le préfet de Labé qui somme les occupants du palais de la Kolima de plier bagage dans les deux semaines qui suivent.

«Ce sont des gens qui occupent illégalement cet espace qui devrait être celui de la culture et c’est d’ailleurs ce que nous ferons… Tous les occupants illégaux y seront déguerpis. J’ai demandé au DPJ (directeur préfectoral de la jeunesse) qui est chargé de leur adresser une correspondance en les intimant de libérer les lieux au plus tard le 5 mai. Donc à partir de cette date, nous y installerons un PA», promet le préfet de Labé.

En plus de cette débauche qui est connue de tous, le palais de la Kolima de Labé était également devenu un dépotoir d’ordures par excellence.