Labé : l’installation des compteurs prépayés par l’EDG inquiète les abonnés

0
345

Depuis quelques jours, des agents de l’agence locale de la Guinéenne d’électricité (EDG) de Labé s’activent à installer les compteurs pré-payés dans la commune urbaine. N’étant pas officiellement informés du déroulement de ces opérations, nombreux sont les abonnés de l’EDG qui se lancent dans des interprétations entrainant souvent une désinformation totale, a constaté Guinéenews.

Pour Mamadou Alpha Baldé, il s’agit là purement et simplement de compteurs prépayés : « si vous voyez qu’ils ne communiquent pas autour d’un projet aussi important que celui-ci, c’est parce qu’il s’agit des compteurs prépayés. Ce qui est, parfois, à l’origine de certains problèmes dans d’autres villes. Donc, ils le font dans l’ombre sans la moindre information. »

« Heureusement que je connaissais les agents qui sont venus installer l’appareil chez moi. Parce que mes enfants croyaient que c’était des personnes de mauvaise foi ou des gens qui voulaient nous débrancher alors qu’on est en règle. Mais comme j’étais à côté, j’ai interpellé les agents qui m’ont dit qu’ils sont là au nom d’EDG mais qu’ils n’ont pas d’information officielle à partager avec nous », renchérit Barry Fatoumata.

Face à cette situation, Guinéenews a interpellé Barry Mamadou Dian, le responsable de l’entreprise qui installe les compteurs. Pour justifier cette opération, Mamadou Dian rappelle que les abonnés étaient soumis depuis des années à un régime de forfait en Guinée. « Il y a des gens qui paient 300 000 GNF alors qu’ils disposent d’aucune possibilité de comprendre leur consommation a atteint les 300 000 GNF ou pas. Donc avec ces compteurs, on suit notre propre consommation et on peut aussi la contrôler. En plus concernant le réseau, ces compteurs peuvent éduquer les gens parce que moi-même à Conakry, je sors en laissant mon climatiseur allumé. Si je payais le courant avec un compteur qui est là, je n’allais pas le faire », a-t-il expliqué.

Qaunt à Baldé Thierno Nouhou, il salue l’initiative mais déplore la façon dont les opérations se déroulent : « j’apprécie beaucoup ces opérations mais il faut que l’agence communique bien pour faciliter la tâche. C’est une bonne chose parce qu’avec ces compteurs, on paye ce qu’on a consommé. »

Pour Abdoul Aziz Diallo ces compteurs ne vont pas profiter aux abonnées : « par rapport à ces compteurs, si vraiment le courant était stable, ce serait une bonne chose. Et nous constatons ces derniers temps que le courant n’est vraiment pas stable surtout à Labé ici. Je ne pense pas que l’installation de ces compteurs soit à l’avantage des consommateurs du courant. »

Face à ces inquiétudes et confusions, le responsable de l’entreprise de l’installation de ces compteurs rassure : « le compteur, lui-même, est placé sur le poteau. Mais, il y a ce qu’on appelle une interface. C’est comme un téléphone, il est comme un clavier. On le place au niveau de la maison. Parce que personne ne peut aller sur le poteau pour lire ce qui est là. Donc toutes données sont retransmises sur l’interface qui a des codes… »