Labé : quand la SENACIP devient une foire d’empoigne entre le maire, le préfet et le gouverneur

0
672

Le maire de la commune urbaine de Labé a profité de la cérémonie de lancement de la semaine nationale de la citoyenneté (SENACIP) 2019 ce mardi, à l’amphithéâtre ENI CFP (école normale des instituteurs et centre de formation professionnel) pour flétrir le processus d’enrôlement des électeurs qui, selon lui, a été bâclé. Un avis contraire à ceux du gouverneur et du préfet de Labé, qui se sont offusqués pour cette sortie.

Pour Mamadou Aliou Laly Diallo, l’opération est loin d’être complète, car selon lui une grande majorité des citoyens de sa commune ne se sont pas fait recenser alors que les opérations ont été clôturées le 16 décembre dernier.

«Nous venons pratiquement de boucler le processus d’enrôlement dans notre circonscription. Il faut rappeler que tous les citoyens, surtout ceux qui ont l’âge de voter ont le droit et en même temps le devoir de se faire inscrire sur la liste parce que c’est un devoir citoyen. Mais étant le porte-parole de citoyens de Labé, étant l’élu de Labé, j’ose dire que le processus ne s’est pas déroulé comme nous l’avons souhaité. Il y a eu assez de manquements, il y a eu beaucoup de citoyens qui se sont plaints. Monsieur le gouverneur, monsieur le préfet il faut que je vous le dise. Ce sont les citoyens qui me mandatent de vous le dire. Il y a beaucoup de citoyens qui ne se sont pas encore fait recenser », a-t-il déclaré avant d’être interrompu séance tenante par le préfet El Hadj Safioulaye Bah qui a voulu le rappeler que cela n’est pas le sujet de la rencontre.

En réponse, Mamadou Aliou Laly Diallo le maire de la commune urbaine de Labé réagit : « c’est la citoyenneté, c’est le vote. Le droit de voter ; on ne peut voter monsieur le préfet que si on a … »

Le maire a une fois de plus été interrompu cette fois-ci par le gouverneur El Hadj Madifing Diané, en ces termes : « qui les a empêchés d’aller se faire recenser ? », interroge le gouverneur.

La réponse du maire ne s’est pas fait attendre : « ils sont allés ce matin m’interpeller. Il y a beaucoup de citoyens qui ne se sont pas fait enrôler. Donc, c’est un droit en même temps un devoir. Donc, j’ai senti que monsieur le gouverneur et monsieur le préfet attirent mon attention que ça ne fait pas parti du thème et pourtant le droit de vote, on ne peut voter que si on est sur une liste électorale. Et cela est une évidence. Et quand des citoyens ne sont pas recensés, ils interpellent le maire pour lui dire qu’on ne se sont pas fait recenser. Il est de mon devoir d’attirer l’attention de l’autorité. C’est un cri du cœur et c’est à l’endroit de l’autorité que je le dis. Donc, si cela été une erreur, qu’ils m’en excusent. Mais c’est un devoir de vous le dire», réitère le maire, avant de continuer son discours sur la citoyenneté.