Labé: quand une promesse présidentielle non-tenue fait la misère des femmes

avril 13, 2018 1:28
0

La promesse d’ouverture à Labé d’une antenne de la mutuelle de croissance communautaire (MC2), faite par le président Alpha Condé à la faveur des campagnes présidentielles de 2015, tarde toujours à se réaliser. Le capital annoncé par le chef de l’Etat et qui devait servir de fonds de départ, n’a pas été encore mis à disposition. Dans le même temps, la structure devant gérer cette mutuelle a été créée par des jeunes de Labé en collaboration avec Afriland First Bank,appris Guinéenews.

En 2015 lors de sa tournée à Labé, le président Alpha Condé a annoncé deux cents millions de francs guinéens pour les femmes et deux cents autres millions GNF pour les jeunes. Cette annonce a été saluée ce jour par une salve d’applaudissements de la foule. Mais il a fallu attendre deux après et ce, grâce au concours du préfet Safioulaye Bah pour trouver un fonds de départ pour la mutuelle financière des femmes africaines (MUFFA) qui est depuis lors opérationnelle à Labé.

En revanche, la MC2 qui n’a pas eu cette chance, attend toujours que la promesse présidentielle se concrétise par la mise à disposition de son fonds de départ.

Quatre ans plus tard et comme il fallait s’y attendre, plusieurs femmes ayant investi leur argent dans la MC2, commencent à crier à l’arnaque et réclame à cri et à cor leur argent sans la moindre forme de procès. C’est le  premier responsable de la MC2 de Labé qui  est désormais éclaboussé par cette affaire.

Fatoumata Bangoura est la porte-parole des femmes souscriptrices, elle rappelle ici la genèse de leur mésaventure : « à l’ouverture de la MC2, les gens sont venus nous demander de cotiser à hauteur de 135 000 GNF par personne afin qu’on bénéficie des prêts. D’explications en explications on a donné les 135 000 GNF. Mais depuis lors, on ne comprend plus rien. Et aujourd’hui, nous avons tous le sentiment que c’est du faux et que c’était juste une façon de pouvoir nous arnaquer. Car, on nous avait promis des prêts variant entre 5 et 10 millions GNF. Mais à ce jour, on nous a informés que l’agence MC2 de Labé est fermée… Tout ce que nous réclamons désormais, c’est juste pouvoir récupérer notre argent.»

Une accusation que le premier responsable de la mutuelle de croissance communautaire (MC2) de Labé admet en déclarant qu’il est de sa responsabilité d’aider tout le monde à rentrer en possession de son argent.

«Bon an mal an, je suis obligé de me lever pour que cet argent soit restitué aux jeunes et femmes de Labé ayant souscrit car, je suis aussi mutualiste. Vous vous souviendrez qu’il y avait eu beaucoup de discussions autour de l’implantation de la MC2, mais comme j’avais une bonne intention de faire bénéficier aux jeunes et aux femmes de Labé de cette occasion voilà pourquoi j’ai même investi mon propre argent », a déclaré Aboubacar Kéita.

Poursuivant, il explique comment l’argent des 386 mutualistes inscrites à Labé a été financé : « elles ont raison, elles ont investi 135 000 GNF et elles doivent les récupérer. Car dans le règlement intérieur, il est écrit qu’une partie des 135 000 GNF est remboursable et une autre partie ne l’est pas. A l’heure actuelle, j’ai personnellement remboursé beaucoup de personnes. L’argent qu’on avait versé, a d’abord été utilisé par la banque pour l’achat du matériel de bureau et quand on est allé à Conakry, ils ont dit qu’ils vont nous prêter de l’argent. C’est-à-dire un chèque de 200 millions GNF. Le compte initial de la MC2 était domicilié au niveau de Afriland first bank. C’est dans ce compte qu’on a versé les cotisations. J’ai oublié combien de personne sont concernées… mais à ce jour, il y a 386 mutualistes.»

A ce jour, la MC2 est fermée et ne dispose d’aucun moyen pour rembourser les 386 mutualistes dont le montant global est évalué à plus de cinquante millions (50 000 000 GNF). Pour éviter des conflits, le responsable de la mutuelle est obligé de prendre très souvent son propre argent pour rembourser les mutualistes qui le persécutent. Alors qu’il s’agit d’une promesse présidentielle faite aux jeunes et femmes de Labé.