voir Plus
    lundi, 12 avril 2021
    34 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    L’agriculture, la passion d’un commandant de la gendarmerie à Lélouma


    « Je suis de la promotion 80 de la gendarmerie nationale admis par suite d’un concours où j’ai été le 3ème de la République. Je suis secrétaire de spécialité que j’ai exercée à l’ECOMOG au Libéria. Je suis passionné par l’agriculture. Et comme vous pouvez le constater, nous sommes dans ma plantation que j’ai démarré en 2001. Il y a un peu de tout. Mes projets ne sont autres que de devenir le premier  agriculteur de la région ».

    Tels sont les propos du commandant agriculteur Mamadou Baïlo Camara.
     
    De nos jours, il n’est pas du tout facile de voir un homme en uniforme militaire pratiquer, parallèlement à son service, l’agriculture. De surcroît un gendarme, qui a le grade de commandant.
    A Thianguel Bori, localité située à environ 65 kilomètres du centre-ville de Lélouma, Guinéenews© est allé à la rencontre de l’unique gendarme agriculteur de la préfecture voir même de la région de Labé.
    Établi à Koulikan à moins de trois kilomètres du centre de T. Bori depuis une vingtaine d’années, c’est dans sa plantation d’un peu plus de deux hectares, arborant une chemise en treillis, une casquette bleue avec une paire de bottes bien enfilée, que le commandant Baïlo Camara a bien voulu nous recevoir.
     » Le coupe-coupe, la houe ou la daba, je ne m’en séparerai jamais. Partout où j’ai servi jusque là, les gens le savent, le travail de la terre est l’une de mes plus grandes passions. Pour la petite histoire, lorsque je suis arrivé ici, j’ai remarqué qu’il y avait tellement de fumier de vaches sur la zone, que je me suis dit, mais attends, je vais leur montrer quelque chose. Lorsque j’ai commencé à ramasser ça, certains disaient waw. Un gendarme qui fait ça. Mais non je n’en crois pas mes yeux. Mais aujourd’hui, tu vas beau chercher cette matière fécale, tu y trouves difficilement. Car tout le monde a compris l’importance. C’est un réel satisfaction pour moi. J’ai toujours eu ma plantation, mon jardin à côté et j’ai toujours alimenté les marchés en tubercules ou en légumes. « , se réjouit dès l’entame le commandant avant de poursuivre :  » au début, le marché de T. Bori était approvisionné en légumes à partir de Labé. Mais aujourd’hui, beaucoup de personnes ici se sont inspirées de mes activités. Et franchement, bon nombre de personnes se sont depuis intéressées à l’agriculture, au jardinage. Actuellement beaucoup de produits qu’on vend ici, sont produits ici « , se réjouit commandant Baïlo Camara.
    Avec sa motopompe et un système d’arrosage qu’il a mis en place, commandant Baïlo arrose facilement presque toute la plantation.  » J’ai une motopompe avec des tuyaux que j’ai achetés pour me permettre d’arroser tout mon jardin. Mais je demande à l’État d’appuyer les autres producteurs qui n’ont pas les moyens pour leur faciliter le travail. Car seul avec l’agriculture on peut développer notre pays « , lance t-il.
    Pour le moment, la culture du manioc est l’une des grandes priorités du commandant bien qu’à côté de ça, il y a le piment, l’aubergine, la patate et même le pastèque. «  Bien que c’est la culture du manioc qui domine ici, il y a aussi d’autres fruits et légumes comme la patate, le piment, l’aubergine, le choux entre autres. Pour ce qui est du manioc, on peut le récolter à tout moment. Le reste des autres produits, si tu ne fais pas attention et comme c’est souvent le cas, la récolte s’effectue au même moment et le marché se retrouve très envahi. Dans ce cas, le producteur ne profite pas de sa production. Et malheureusement, c’est la situation à laquelle on est confrontée chaque année « , déplore Mamadou Baïlo Camara.
    Ce doyen appelle  la jeunesse à s’intéresser à l’agriculture qui selon lui « est la seule voie de salut pour l’émancipation et le développement de nos localités. En tout cas je ne vois aucune raison qui pousse un jeune à fuir son pays où il pleut par an plus de six mois pour se lancer dans le désert ou dans la mer. C’est du suicide« , a-t-il regretté.
    En tout cas, aujourd’hui, le commandant Baïlo nourrit l’ambition de devenir dans les années à venir le premier producteur agricole de la région.
    Abdourahamane Barry de retour de T. Bori Lélouma pour Guinéenews©

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE