Lancement à Beijing du CPAC 2019: l’amitié sino-africaine à l’honneur

février 27, 2019 11:14

En marge de l’ouverture de la cérémonie conjointe du Programme d’étude-diplomatique du Centre de presse Afrique Chine (CPAC) et du Centre de presse Asie Pacifique Chine (CPAPC), qui a réuni ce mercredi 27 février 2019 une cinquantaine de journalistes, le vice-président de la CPDA (China public diplomacy Association), a rappelé l’ancienneté des relations sino-africaines.

«La Chine et les pays africains sont tous des pays en développement.  Nous avons toujours été des frères et des partenaires qui se sont entraidés. Nous sommes une communauté naturelle au destin partagé et un pouvoir important de promouvoir le monde pour qu’il évolue vers plus d’équité et de justice. Notre longue histoire, nos splendides civilisations et notre amitié traditionnelle nous unissent étroitement. Nos cœurs sont connectés », a déclaré M. Hu Zhengyue.

Et de poursuivre : «ces dernières années, dans le cadre du Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC) et de l’initiative Belt & Road, (ceinture et route, ndlr), nous avons instauré une coopération pratique très productive dans de nombreux domaines, apportant des avantages substantiels aux Chinois et aux Africains ».

Par ailleurs, il dira que 2019 « marque le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et [la tenue cette année] du deuxième forum Belt & Road sur la coopération internationale ».

Revenant sur le rôle des médias dans la consolidation de l’amitié sino-africaine, M. Zhengyue  a affirmé que « les médias sont un pont par lequel les gens de tous les pays se comprennent et communiquent. Vous assumez une responsabilité importante consistant à présenter des faits et à faciliter la compréhension et les échanges amicaux entre les citoyens de votre pays et ceux d’autres pays ».

Enfin, il a invité les journalistes participants à cette formation  à « transmettre des messages objectifs, promouvoir la paix et l’amitié, faciliter la coopération gagnant-gagnant et présenter la Chine de manière complète, réelle et tridimensionnelle ».

Au nom de tous les participants africains, Mubarak Mugabo, journaliste ougandais, a magnifié l’hospitalité de CPDA en particulier et de la Chine en général. Selon lui, « la Chine est sans aucun doute devenue le premier partenaire de développement de l’Afrique. [Parce qu’au] cours des dernières années, elle a déployé des projets et des investissements dans plusieurs pays africains. Les chemins de fer et les projets de barrages [hydroélectriques] » en font foi de la volonté de la Chine dans le cadre de la coopération avec l’Afrique et d’autres pays du monde.

Outre ces infrastructures réalisées ou en cours de réalisations, Mubarak  a magnifié « l’impact significatif [de la Chine] sur le développement de  l’Afrique. Car, explique-t-il,  « les Africains constatent une croissance de l’emploi, une amélioration des compétences de la population et une augmentation des activités économiques ».

« Le miracle de la Chine est un sujet sur lequel chaque Africain doit prêter attention si nous voulons provoquer le développement de nos propres économies en difficulté », martèle-t-il.

Une correspondance de Amadou Kendessa Diallo depuis Beijing