L’ancien ministre du Travail Alpha Diallo a regagné sa dernière demeure à Conakry

mars 15, 2019 11:29

Décédé il y a deux semaines en France, l’ancien ministre du Travail et de la Fonction publique a regagné sa dernière demeure ce vendredi 15 mars après la prière funèbre tenue à la mosquée Fayçal. Il repose désormais au caveau de Cameroun où parents, amis, connaissances et anciens collaborateurs qui n’ont pas tari d’éloges à l’endroit du défunt.

Le journaliste sportif Gaoussou Diaby dit retenir de lui l’image d’un garçon honnête et sincère dans ses relations, en plus de sa formation qu’il juge très sûre. Il a fait un parcours universitaire avant de se retrouver dans de hautes fonctions, notamment à la Banque centrale puis au ministère des Finances où il sera Secrétaire  avant de devenir ministre du Travail et de la Fonction dans le gouvernement du Premier ministre Komara, sous la transition menée par le capitaine Moussa Dadis Camara.

Sportif accompli, feu Alpha Diallo Léa a, à son jeune âge, commencé par le football avant de virer vers le basket où il a joué 16 ans durant dans l’équipe nationale. Ses anciens coéquipiers reconnaissent en lui le sens de la dignité, surtout le respect de son prochain. « Léa, disons, était un garçon irréprochable », témoigne-t-on.

Alpha Diallo est resté pratiquement 16 ans en équipe nationale de basketball. Il est de la promotion Samory Touré de l’université de Conakry. Selon le doyen Amadou Diouldé Diallo, également journaliste sportif, Léa a été un basketteur international aux qualités immenses côtés de Moussa Dioumessy, Mario Touré, Yakouz, Barry 2, entre autres.

Ayant obtenu une bourse pour la Pologne, il retournera au pays avec son Doctorat en Economie. A la Banque centrale où il a passé l’essentiel de sa vie, il devient Directeur des Changes. Puis, détaché à Accra pour l’UMAO comme fonctionnaire international. Nommé ministre du Travail et de la Fonction publique, Alpha Diallo démissionnera du gouvernement d’alors avec Abdourahmane Sanoh de l’Agriculture et Justin Morel Junior de l’Information au lendemain de la survenue des douloureux évènements du 28 septembre 2009.

Sa disparition est perçue comme une grande perte non seulement pour l’ensemble du milieu sportif guinéen. En ce sens que ces derniers temps, Léa était beaucoup enclin à faire un travail dans le cadre d’une assistance aux anciens sportifs guinéens, qu’il s’agisse des basketteurs, des footballeurs pour leur faire oublier les moments de douleur, nous apprend-on.