Le DG de la Police sur les incidents du samedi: «c’est Dalein qui m’a instruit de disperser la foule…»

0
1788

Accusé de faire prendre en «sandwich» le véhicule du chef de file de l’opposition au niveau de la Minière, dans la commune de Dixinn, le Directeur général de la Police nationale, le Contrôleur général, Ansoumane ‘’Bafoe’’ Camara vient de battre en brèche cette accusation de l’UFDG. C’était lors d’une interview qu’il a bien voulu accordée à votre quotidien Guinéenews ce lundi 18 février.

Dans cet extrait, le général Ansoumane Camara a clairement affirmé que s’il y a quelqu’un qui a pu lui ordonner d’agir pour disperser la foule dans une manifestation non autorisée, c’est bien la personne du chef de file de l’opposition,  Cellou Dalein Diallo.

D’après lui, il a agi conformément à une loi qui a été votée par les députés, y compris le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo. «C’est la loi L09 qui dit que si la police est saisie par une autorité locale pour empêcher une manifestation non autorisée, elle doit agir. Cette loi ne vient nullement du chef de l’Etat Alpha Condé. Si j’ai fait disperser la foule le samedi passé, c’est sur instruction de Cellou Dalein Diallo. Parce qu’on ne peut pas voter une loi et être contre cette même loi», a-t-il expliqué.

Selon le général Ansoumane ‘’Bafoe’’ Camara, le président de l’UFDG avait quitté ce jour l’Aéroport jusqu’à Bambéto, il n’y avait pas plus de deux véhicules dernière lui. Mais, poursuit-il, quand  ses militants ont compris qu’il rentrait timidement, ils sont sortis pour venir l’accueillir en fanfare. C’est en ce moment qu’il y a eu, soutient-il, des heurts entre militants. Une anarchie qui a nécessité l’intervention de la police, justifie le général Camara.

«Les riverains de Bambéto jusqu’à Hamdallaye peuvent témoigner… Quand le chef de file de l’opposition venait, il a provoqué un bouchon indescriptible. Toute la circulation a été bloquée parce qu’il marchait à pas de caméléon. Personne d’entre eux n’a haussé le ton pour lui dire de faire un peu vite car, ce sont des populations qui souffraient. Personne ne m’a autorisé de disperser la foule le samedi. Ce sont les députés guinéens, y compris l’honorable Cellou Dalein Diallo à travers la loi L09 qu’ils ont votée, qui m’a permis d’instruire mes hommes à disperser tout regroupement non autorisé. Qu’il prouve que mes véhicules ont tapé le sien…», a défié  en substance le patron de la police guinéenne.

Nous y reviendrons.