Le FAST, “l’œil céleste de la Chine”, a découvert plus de 240 pulsars

0
270

Wu Yuehui, journaliste au Quotidien du Peuple, partenaire de Guinéenews

Dans le vaste univers, il y a souvent des sursauts d’ondes radio violents et de courte durée, qui émettent en quelques millisecondes autant d’énergie que le Soleil en une journée. C’est ce que l’on appelle les sursauts radio rapides.

Comment les sursauts radio rapides se forment-ils ? Il y avait principalement deux courants quant à leur formation : un courant explique le sursaut radio rapides de quelques millisecondes par la collision de particules. L’autre courant l’attribue à la traversée du champ magnétique intense par des particules.

Aujourd’hui, grâce au FAST, le radiotélescope sphérique de cinq cents mètres d’ouverture, surnommé “l’œil céleste de la Chine”, les scientifiques chinois ont réalisé des avancées majeures dans l’étude de sursauts radio rapides. Deux articles ont été publiés dans la revue scientifique Nature les 29 octobre et 4 novembre respectivement, plaçant à nouveau “l’œil céleste de la Chine” au centre de la radioastronomie.

“Le résultat donné par le FAST a mis fin à la controverse. Après avoir analysé les signaux de polarisation émis par 11 sursauts radio rapides, les chercheurs chinois ont écarté la théorie de collisions de particules à l’appui des résultats d’observation directs”, a déclaré Han Jinlin, chercheur en chef aux Observatoires astronomiques nationaux de l’Académie chinoise des sciences.

En août cette année, avec le FAST, l’équipe de recherche conjointe avec Dr. Lin Lin de l’université normale de Beijing, Dr. Zhang Chunfeng de l’université de Pékin et Dr. Wang Pei des Observatoires astronomiques nationaux a détecté des dizaines de sursauts gamma provenant d’un magnétar connu SRG1935 + 2154 dans la Voie lactée.

“Le FAST étant hautement sensible, nous n’avons pas détecté un seul sursaut radio rapide lors de notre observation. Ce résultat montre que des sursauts d’objets compacts de différentes radiofréquences présentent des conditions physiques extrêmement exigeantes, à tel point que les photons radio et les photons gamma ne peuvent pas atteindre en même temps la Terre”, a dit Lin Lin.

Construit en 2016, le FAST a un réflecteur aussi grand que 30 terrains de football standards, élargissant largement la vision humaine des radiofréquences et donnant finalement l’opportunité aux scientifiques chinois en radioastronomie d’atteindre la frontière de l’exploration scientifique.

Mis en service officiellement depuis 300 jours, le FAST a présenté des performances remarquables. Il a plus que doublé les heures d’observation et de services prévues pour dépasser 5200 heures. Il a découvert plus de 240 pulsars. En outre, plus de 40 thèses de haut niveau ont été publiées grâce aux données du FAST.

“En 1967, les gens ont détecté un pulsar pour la première fois. Cinquante ans plus tard, les Chinois ont enfin découvert un nouveau pulsar pour la première fois avec leur propre radiotélescope FAST”, a déclaré Wu Xiangping, directeur du comité scientifique FAST et académicien de l’Académie chinoise des sciences. “En peu de temps, le FAST a découvert plus de 240 pulsars. Nous espérons porter le chiffre à 1 000 d’ici 5 ans, voire trouver le premier pulsar radio en dehors de la Voie lactée.”

En février cette année, l’équipe FAST a démarré officiellement 5 “projets prioritaires et majeurs” sélectionnés par le comité scientifique FAST. Presque 100 scientifiques ont commencé à utiliser et à traiter les données scientifiques du FAST. En avril, le comité de gestion du temps a commencé à solliciter des projets libres dans la communauté astronomique chinoise. Jusqu’à présent, il a reçu plus de 170 projets, dont 95,7% sont des projets extérieurs.

“Le FAST sera ouvert au monde l’année prochaine”, a déclaré Wu Xiangping. La prochaine décennie sera une période dorée de développement de la radioastronomie chinoise. “Nous profiterons de cette période précieuse pour réaliser des découvertes scientifiques majeures et apporter une grande contribution à l’exploration et à la compréhension de l’univers par l’être humain”