Le général Konaté à Rennes : « Le courant n’est jamais passé entre Alpha Condé et moi »

juillet 22, 2018 5:58
0

Accompagné d’une forte délégation, le général Sékouba Konaté, ancien président de la transition, a tenu un meeting ce samedi à Rennes dans l’ouest de la France. Dans son discours de circonstance, il s’est indigné de la situation actuelle de la Guinée et a appelé tous les Guinéens à un sursaut national pour empêcher un éventuel 3ème mandat du président Alpha Condé.

« Depuis l’accession au pouvoir du président Alpha Condé en République de Guinée, nous avons vu émerger une certaine forme de division. Cette division n’arrive pas par accident, mais elle est le résultat d’une tactique délibérée visant à réduire au silence tous les opposants potentiels », a-t-il introduit son discours devant un public acquis à sa cause.

Selon lui, cette division a entraîné une grande fracture au sein de la population, et même créer une haine entre les différentes ethnies du pays. « Aujourd’hui, sévit un ethnocentrisme clairement affiché, même au sein de l’exécutif et surtout, prôné par certains leaders politiques pour nous diviser », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Il est temps que chaque Guinéen prenne conscience de la gravité de cette démarche qui nous mènera tout droit vers une impasse civile ».

Dans le même ordre d’idées, Sékouba Konaté a invité les guinéens à l’unité. « Alors, oublions qu’on est soussou, malinké, peulh ou forestier, mais tous Guinéens avec un seul objectif, l’unité nationale du pays. En Guinée, il n’y a pas une ethnie, mais un peuple, un seul et indivisible », rappelle-t-il.

« Par ailleurs, dira-t-il, cette réconciliation à un prix. Pour cela, a-t-il conseillé, le pouvoir en place doit impérativement observer certaines règles à savoir : mieux gérer et mieux repartir les richesses du pays ; donner au peuple le minimum vital (la santé, l’électricité et l’eau) ; une guerre totale contre la corruption et les détournements de biens publics ; un meilleur avenir pour la jeunesse afin d’éviter l’émigration vers l’Europe. »

« Sinon, nos frères et nos sœurs continueront de mourir dans le désert, ou en mer aux portes de cette Europe qu’ils convoitent tant. Sinon, un jour, il y aura une révolution, et le peuple se révoltera. En effet, si les jeunes bravent tous les dangers (le désert, l’esclavage et la mer) au péril de leur vie pour venir en Europe, c’est parce qu’il n’y a rien chez eux. Tout manque. À commencer par le minimum vital l’électricité et l’eau potable, sans parler d’une malnutrition qui décime tout le continent. En Guinée, 80% de la population vit sous le seuil de la pauvreté, alors que 20% s’enrichissent illégalement avec les biens du peuple, et cela, au vu et au su de tout le monde », a-t-il déploré.

Abordant la question d’un éventuel 3ème mandat du président Alpha Condé, le Général est catégorique. Il n’est pas question pour le président Condé de briguer un troisième mandat à la tête du pays. « A l’heure du numérique, où tout se sait en quelques minutes, chaque Guinéen est informé de tout ce qui se passe dans le pays. Alors, il est temps que le peuple se réveille afin d’éviter les erreurs du passé, c’est-à-dire le perpétuel pouvoir à vie que l’on a connu pendant 50 ans. Après le Liberia, le président de la Sierra Léone vient de céder le pouvoir après 2 mandats. En Côte d’Ivoire, aussi, Alassane Ouattara vient de renoncer à un nouveau mandat. Alors, la Guinée suivra-t-elle ces bels exemples de démocratie, et d’alternance initiée par nos voisins », s’est-il interrogé.

Il a conclu son discours en appelant tous les Guinéens d’épris de liberté, d’égalité, et de démocratie de s’unir pour empêcher « cette forme de dictature déguisée, et ce, dès le début. Car, demain sera trop tard. L’Alternance est la clé pour la mise en valeur de toutes les conséquences. Un chef d’Etat qui n’a pas pu faire quelque chose en 10 ans, il ne le pourra jamais en 15 ou 20 ans. N’oublions pas que la Guinée a été le premier pays de l’Afrique française subsaharienne à être libre. Et aujourd’hui, il est le moins avancé, et ce, malgré tous les potentiels énergétiques, miniers, agricoles et intellectuels qu’il recèle ».

Après son discours, des questions lui ont été posées. Les questions ont tourné autour de la présidentielle de 2010 dont certains l’accusent d’avoir favorisé l’élection du président Alpha Condé au pouvoir ; sur ses sorties actuelles (son combat est-il personnel ou pour l’ensemble des Guinéens ?) ou encore sur la vidéo d’un citoyen qui fait le buzz sur les réseaux sociaux et qui accuse le patron d’Hadafo médias Lamine Guirassy de vouloir tenter un rapprochement entre le Général Sékouba Konaté et le président Alpha Condé.

En ce qui concerne la présidentielle de 2010, le général indiquera que son rôle à l’époque était de convaincre les militaires à quitter le pouvoir pour retourner dans les casernes. Sur ses sorties médiatiques actuelles, il affirme que son combat actuel est pour l’ensemble des Guinéens et non personnel. Il dira par ailleurs que ses rapports entre lui et le président Alpha Condé n’ont jamais été au beau fixe. « Le courant n’a jamais passé entre Alpha Condé et moi », dit-il.

En ce qui concerne la vidéo, le général a tout simplement esquivé la question.

Il faut noter que l’ambiance était féerique avec la prestation de l’artiste Ibro Diabaté.

Barry Mamadou Sarifou, pour Guinéenews© depuis la ville Rennes 00337 53 93 03 93