Le gouvernement guinéen achète trois wagons « à vil prix » à la société suisse de transport MBC

août 16, 2019 5:00

« Des wagons romans vont voguer jusqu’en Guinée », titrait le journal suisse 20Minutes.ch le 14 août 2019. Selon le quotidien en ligne, trois wagons voyageurs de la société MBC (Morges-Bière-Cossonay) S.A, ont pris la route d’Anvers pour la Guinée. L’arrivée est prévue le 9 septembre 2019.

Il faut rappeler que ce sont des wagons qui datent des années 1960 et qui ne roulaient plus depuis 2015, parce qu’ils n’étaient pas conformes aux normes suisses sur les handicapés et ils occupaient de la place dans les dépôts. Comme pour dire qu’ils encombraient. Donc, il faut s’en débarrasser.

Le bureau de Guinéenews© basé à Genève, Suisse est rentré en contact avec le responsable du service technique de l’unité Matériel roulant aux transports de la région MBC en suisse. « L’ensemble des véhicules B60 ont été achetés à une fraction qui a coûté le transport d’un seul véhicule », a-t-il affirmé.

Pour donner une idée de la transaction, il informe que le transport d’un véhicule va coûter entre 30.000 à 35.000 mille euros ce qui signifie que l’ensemble des wagons à coûté entre 1/5 du prix de transport d’un wagon. Dans ce cas, il est possible d’affirmer que c’est entre 3000 et 10.000 euros que les wagons ont été vendus à l’Etat guinéen. L’intégralité de l’opération globale, c’est-à-dire le prix d’achat et le coût d’acheminement jusqu’en Guinée ne dépasse pas plus de 100.000 euros.

Par ailleurs, les six premières rames de la compagnie suisse Zentralbahm ont été offertes par le groupe Bolloré, a-t-on appris sources crédibles. Ce qu’il faut retenir, ce sont des wagons qui devraient être démolis et recyclés en ferraille. Le coût de démolition étant plus élevé que le coût de vente, il fallait les « offrir à  l’Afrique ».

Plus loin, le responsable technique poursuit en affirmant que c’est une opération « Win-Win ». « Nous vendons ce matériel à un prix d’ami », a affirmé le responsable technique.

Selon les observateurs interrogés par Guinéenews©, « maintenant la question qui mérite d’être posée est ce que le gouvernement guinéen a acheté du vieux à un prix de neuf ? Décaisser de l’argent pour du neuf et acheter du vieux, est une pratique courante en Guinée. Il est impératif que le gouvernement guinéen se prononce sur le prix d’achat et le transport des wagons jusqu’en Guinée. Il faut une transparence dans les procédures de marché public, estime-y-on.

En quoi un marché public fut-il peut-être confidentiel ? Le prix d’achat doit apparaître dans une ligne budgétaire ou figurer dans les dépenses publiques. Du bon matériel roulant de loin pas en fin de vie est souvent envoyé à la casse, alors qu’en Afrique des compagnies de chemin de fer ont un besoin urgent de wagon. »

La DDC (Direction du  Développement et de la Coopération de la confédération suisse) , qui est responsable de l’aide au développement de la confédération, est en train d’examiner, a-t-on appris de sources concordantes si elle pourrait fournir une aide aux pays en voie développement sous forme de matériel roulant offert. Espérons que les politiques mettront bientôt à disposition des fonds pour ce genre de don.

« Envoyer à la casse des nombreux wagons qui seront sous peu en trop par rapport à la loi sur l’égalité pour les handicapés a entraîné pour les chemins de fer suisses une vague d’achats de matériel roulant conforme aux nouvelles prescriptions. Les transports publics sont en train d’être remplacés afin de répondre aux exigences,  c’est pourquoi, il y’a de vieux wagons en trop, qui auraient pu facilement rouler pendant 20 années encore car leur  état technique est impeccable », dit Egon Minikus, un spécialiste du développement dans un journal suisse .

Il faut le rappeler, la société ferroviaire STI-B, qui exploite la ligne entre Ouagadougou et Abidjan à récemment réussi à acquérir 15 voitures voyageurs des chemins de fer appenzellois, un canton suisse.