Le gouvernement guinéen se félicite d’avoir conclu un accord avec le FMI au compte des 5ème et 6ème revues

0
525

Le ministre de l’Economie et des Finances et ses homologues du Budget et du Plan ont conjointement animé une conférence de presse ce jeudi 10 décembre 2020. Il était question pour eux d’exposer sur la loi des finances rectificative et le programme économique et financier de la Guinée appuyé par la Facilité élargie de crédit (Fec).

Dans sa communication, le ministre de l’Economie a rappelé que la Guinée a conclu un accord avec le Fonds monétaire international en décembre 2017 et qui s’est traduit par l’adoption d’un programme économique et financier.

« L’objectif majeur de ce programme était de consolider la stabilité du cadre macroéconomique et de mettre en œuvre des mesures de politique économique et financière favorisant le développement économique et social de notre pays », a indiqué Mamadi Camara, non sans préciser que cela a permis à la Guinée de conclure avec le FMI le mercredi 9 décembre, la 5ème et la 6ème revues au titre de la Facilité élargie du crédit.

Aux dires du ministre des Finances, ces revues permettront de soutenir le budget et la balance des paiements et constituent également la concrétisation des bonnes performances réalisées par le gouvernement dans le cadre de son programme économique et financier, faisant l’objet de revues semestrielles dont les dernières en date ont porté sur les résultats à fin décembre 2019 et à fin juin 2020.

A sa suite, le ministre du Budget, abondant dans le même sens, a dit que  depuis l’indépendance jusqu’à l’arrivée du président Alpha Condé au pouvoir, la Guinée n’avait jamais conclu un programme avec le Fonds monétaire international auparavant.

« Il n’est pas superflu de rappeler qu’à l’arrivée du Pr. Alpha Condé au pouvoir, tous les agrégats macroéconomiques étaient au rouge. Notamment, il n’y avait pas de croissance, le déficit budgétaire rapporté au PIB avoisinait 14%, la masse monétaire au sens large croissait autour de 60% pratiquement, le taux d’inflation était exactement à 21%. Du coup, dès sa prise de fonction, le premier travail qu’il a eu à faire était de renouer avec les partenaires  techniques et financiers. Le premier outil dont on s’est doté, c’est le Plan national de développement économique et social qui fait un cadrage global de l’économie, et qui constitue en réalité un guide pour l’économie », a dit Ismaël Dioubaté.

A propos de l’achèvement proprement du second programme, le ministre du Budget a fait noter que celui-ci a été concluant, sans réserve. « Notre pays a respecté tous les critères quantitatifs, c’est-à-dire, ce qui concerne les réserves internationales nettes de la Banque centrale, les avoirs intérieurs nets, les soldes de base. Donc, les revues ont été concluantes, il faut s’en féliciter, pour dire que le président Alpha Condé s’est inscrit dans une dynamique vertueuse de la conduite des affaires économiques financières et monétaires », s’est-il félicité, tout en ajoutant que l’économie guinéenne a fait preuve d’une grande résilience au cours de la pandémie du Coronavirus.