Le ministère de la Culture tire les enseignements de la 17ème édition du FENAC

janvier 15, 2019 11:55

Du 23 au 26 décembre 2018, Conakry a vibré au rythme de la 17ème édition du Festival National des Arts et de la Culture (FENAC). Quelques semaines après la fin de cette manifestation culturelle annuelle, les autorités en charge de l’organisation en tirent des enseignements.

D’entrée, le Secrétaire général du ministère des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique salue l’engouement qu’il y a eu tant au niveau des artistes, qu’au niveau déconcentré, notamment dans les capitales régionales et les préfectorales pour l’organisation de la quinzaine artistique.

« Et cette année, il y a eu 7 disciplines pas des moindres. Parce que l’objectif recherché, c’est d’encourager la créativité artistique et de stimuler la culture de l’excellence. Et à ce niveau, à travers les différentes représentations, nous nous sommes rendus compte du progrès enregistré par rapport à l’année dernière. Ce qui est dû surtout au fait que la cagnotte ait été rehaussée grâce à l’accompagnement du Chef de l’Etat, avec 300 millions pour le premier, 250 millions pour le deuxième et 200 millions pour le troisième », se réjouit Fodéba Isto Keira.

« Ensuite, poursuit-il, nous avons détecté des talents pour les faire appartenir aux ensembles nationaux, au théâtre national, aux Ballets africains et au Ballet Djoliba. Et cela est extrêmement important. Actuellement, nous sommes en train de travailler sur leurs dossiers à travers la détection qui a eu lieu au niveau de la quinzaine artistique, cette phase préliminaire qui sélectionne les meilleures troupes pour le FENAC ».

Sur la nouveauté à apporter à la prochaine édition, Isto Keira, par la voix de son ministre, dit avoir pris en compte cette proposition du président Alpha Condé d’élargir sur d’autres genres, comme cela figurait d’ailleurs dans la vision du département dirigé par Sanoussy Bantama Sow.

« Nous allons l’ouvrir désormais à plusieurs autres genres, notamment littéraire, cinématographique, gastronomique et vestimentaire. Et l’an prochain, le festival s’étendra sur toute une semaine, avec plusieurs plateaux sur lesquels les artistes vont prester, avec une forte implication des promoteurs culturels privés qui pourront, sur les sites, être nos interlocuteurs pour essayer à bon escient d’exécuter les différents programmes que nous allons élaborer », affiche le Secrétaire général du ministère.

A l’image de cette année, le thème de la prochaine édition portera également sur la consolidation de la paix et de l’unité nationale. Un choix que les organisateurs de l’événement justifient par le fait qu’à travers les messages qu’ils véhiculent, les artistes ont un grand rôle à jouer.

Ce qui fait dire à Fodéba Isto Keira que la Culture a toujours réussi là où la politique et la diplomatie ont échoué. Parce que l’édition du FENAC de 2018 comme les précédentes, a réuni autour d’un idéal des artistes issus de toutes les tendances politiques et religieuses confondues, et qui ont communié de plus belle lors des spectacles à géométrie variable, notamment à la Paillotte, au Musée national et à l’espace culturel Fougou Fougou Faga Faga.