Le ministre de la Justice à la Maison centrale : Me Bea entrevoit la libération de ses clients politiques

0
503

Au lendemain du passage du ministre de la Justice à la Maison centrale de Conakry, l’avocat Me Salifou Béavogui a exprimé l’espoir de voir ses clients Foniké Mengué, Saikou Yaya et Grenade libérer dans les jours qui viennent. « Je suis optimiste quand la libération de mes clients. Ses échanges avec les détenus lui ont certainement permis de s’imprégner des réalités autour de chacun de mes clients. Et connaissant l’homme, je ne peux qu’espérer la libération prochaine de mes clients », a émis l’avocat.

En parlant de Me Mory Doumbouya, l’avocat des trois détenus politiques parle d’un grand pénaliste très attaché au respect des droits de l’homme et à l’application stricte de la loi. « Les affaires concernant les trois sont purement politiques. Avec ce nouveau ministre, nous espérons donc que la justice va enfin se démarquer de la politique », a dit l’avocat.

Poursuivi pour « menaces, notamment de violence ou de mort, mise à la disposition d’autrui des informations de nature à troubler la sécurité publique », Oumar Sylla alias Foniké Mengué,  militant anti-troisième mandat pour Alpha Condé, devrait comparaître ce jeudi devant le tribunal de première instance de Dixinn pour la suite de son procès.

Sous mandat de dépôt depuis le 12 mai dernier, Saïkou Yaya Diallo, activiste des droits de l’homme et également membre du FNDC ( Front National pour la Défense de la Constitution),  est toujours en  liberté suite à un recours devant la Cour suprême contre l’ordonnance de référé rendue à sa faveur le 06 juillet.

Quant à Boubacar Diallo alias Grenade, il a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle, le 18 mars 2019, pour « tentative d’assassinat et détention illégale d’arme de guerre ».

Mardi, lors de sa visite à la population carcérale de la Maison centrale de Conakry (la plus grande prison de la capitale), le ministre de la Justice a rencontré ces trois prisonniers. L’une des déclarations de  Me Mory Doumbouya a été : « le gouvernement guinéen n’a de soupçon particulier ou de réserve contre personne, nous avons un système judiciaire indépendant, les juges, dans un Etat de droit comme le nôtre, sont les seuls à déclarer un individu coupable