Le ministre de l’Economie prédit l’avenir d’une Guinée émergente dans un livre

septembre 30, 2018 10:58
0

Les clés pour le développement de la Guinée. C’est le titre d’un ouvrage édité par L’Harmattan-Paris, sorti en librairie en avril 2018 et présenté au public ce samedi 29 septembre 2018 à Conakry.
Son auteur, Mamadi Camara, est le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances qui se trouve être à son quatrième livre. Constamment préoccupée par les questions sur la marche du monde en général et celle des pays africains en particulier, l’élite intellectuelle se doit, selon le ministre écrivain, de proposer des solutions à ces grandes questions qui assaillent ces pays et le reste du monde.
« Or, s’il y a un questionnement qui nous interpelle de façon récurrente, c’est sans doute celui concernant le progrès, autrement dit, le développement. Ce livre peut être versé dans ce débat sur le développement de l’Afrique en général et sur la Guinée en particulier », soutient Mamadi Camara.
Cette œuvre littéraire, fruit d’une analyse sur la marche de la Guinée au cours de ces 60 dernières années, son auteur dit s’être avisé que la croissance économique a été essentiellement portée par le secteur minier dont la contribution au PIB s’est établie à 16,9¨% en 2017 et est projetée à 18,4% en 2018.
« J’ai pensé qu’il faille inverser cette tendance par la diversification de l’économie. C’est pour cette raison que j’ai élaboré une stratégie de transformation de la Guinée reposant sur 4 piliers », présente Mamadi Camara.
« Le premier pilier, c’est l’amélioration de la production agricole. Je ne vous apprends rien en disant que les pays qui ont commencé leur développement par l’agriculture ont fait de véritables bonds en avant : c’est le cas de la Chine et de l’Inde. Mais au niveau de ce pilier, j’ai distingué deux sous-piliers : l’élevage et la pêche. Vous savez que dans ces deux domaines, la Guinée présente beaucoup de richesses. Ensuite, le pilier 2 est axé sur l’hydroélectricité. Suit le pilier 3 qui concerne le secteur minier. Et enfin le pilier 4 ayant trait à l’amélioration de la gouvernance de l’Etat de droit et le renforcement des capacités », égrène-t-il devant plusieurs ministres et autres invités de marque.
A la suite de cette stratégie, le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances a présenté quelques exemples de bonnes pratiques en matière de développement économique et social. En l’occurrence les cas du Cap Vert, du Ghana et de la Malaisie.
Le dernier chapitre de l’ouvrage s’intitule La Guinée dans 30 ans. Une partie qui révèle le réveil éveillé que fait l’écrivain et duquel est sort une Guinée prospère où il existe toutes les commodités modernes telles qu’elles existent dans les pays riches.
« Je pense fermement que la Guinée a, depuis la troisième République, pris la bonne direction en entamant la diversification de l’économie à travers des actions d’une grande ampleur. Un plus grand accent a été mis sur le développement de l’agriculture, de l’élevage. On vient d’entamer les expériences d’insémination artificielle en Guinée, de la pêche avant l’obtention de beaucoup de satisfécits sur le plan international. La contribution de l’agriculture au sens large du terme s’est chiffrée à 16,1% en 2017. Et, est estimée à 15,7% en 2018. L’exploitation du potentiel hydroélectrique a fait un véritable bond avec le barrage de Kaléta déjà opérationnel et le barrage de Souapiti qui le sera en 2020. Dans ce domaine, le pouvoir actuel a réalisé des progrès extraordinaires. En effet, le taux d’accès de la population à l’électricité était de 18% en 2008. Il est passé à 24,7% en 2015. 29% en 2016. Et 31% en 2017 », s’est-il réjoui.
Poursuivant, M. Camara a indiqué que les mines continuent à porter le développement économique et que les projets de production d’alumine et d’aluminium vont apporter une véritable valeur ajoutée.
« Des discussions sont en cours avec des sociétés chinoises pour la production d’un type d’aluminium utilisé dans les industries telle que l’aéronautique. Ce type d’aluminium peut se vendre jusqu’à 50.000 dollars la tonne. Alors que maintenant, on vend notre bauxite, à destination, c’est dans les 50 dollars la tonne. Et l’aluminium se vend autour de 2000 dollars la tonne. Ça va être une véritable révolution. C’est vous dire que lorsque la Guinée commencera à produire cet aluminium très fin, l’arithmétique de la croissance économique sera complètement bouleversée », prédit le ministre.
Se confortant que fait qu’en matière de gouvernance, la situation se soit nettement améliorée, l’Etat de droit s’imposant de plus en plus, avec un accès plus facile à la justice pour les citoyens et la disparition de plus en plus marquée de la violence politique souvent reprochée, l’écrivain soutient qu’il y a aujourd’hui une consolidation réelle de la démocratie en Guinée.
Au finish, Mamadi Camara déclare que la Guinée est promise à un bel avenir. Et pour atteindre cette terre promise dans les meilleurs délais, il exhorte que chaque citoyen, dans son quotidien, soit guidé par le travail, la discipline et l’acceptation de l’autre