Le parlement de la Cédéao est en session extraordinaire virtuelle.

0
743

La deuxième session extraordinaire 2020 du Parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se tient du 20 au 25 juillet 2020, virtuellement (en ligne). L’ouverture de la session a eu lieu le mardi 21 juillet et la clôture le samedi 25 juillet. La session se tient sur la plateforme de réunion « ZOOM ».  

Cette session extraordinaire examinera une douzaine de saisines reçuesde la Commission de la CEDEAO et se penchera également sur unerequête du président de la Commission pour l’assistance du Parlement dans la mise en œuvre du Protocole de la CEDEAO sur le prélèvement communautaire.

Au moment où se tient cette session extraordinaire, la région ouest africaine, à l’instar du reste du monde, reste confrontée à la pandémie du coronavirus.  

A la date du 16 juillet 2020, l’espace communautaire enregistrait 102 787 cas confirmés de coronavirus parmi lesquels 62 835 guérisons et 1656 morts, selon les estimations de l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS), une institution spécialisée de la CEDEAO

Face à cette pandémie, la CEDEAO, a pris des mesures fortes pour endiguer la maladie. L’OOAS a distribué aux 15 Etats membres des kits de test diagnostic, des équipements de protection individuelle (EPI), des médicaments et assurer des formations au profit du personnel de santé.

Le Parlement, en tant qu’institution représentant les populations de la communauté, s’est associé à toutes ces initiatives comme il le fait depuis l’installation de la première législature en 2000 à Bamako, au Mali.

D’ailleurs, deux saisines relatives à la crise du coronavirus, parmi la douzaine, sont soumises à l’examen des députés.  Il agit de la décision portant sur la lutte contre la COVID 19, la stabilisation et la relance des économies des Etats membres de la CEDEAO et la décision relative à la contribution des Etats membres de la CEDEAO au fonds de solidarité de l’Union africaine dans le cadre de la lutte contre la COVID 19.    

Régulièrement informés des programmes de développement communautaire par la Commission, les députés de la CEDEAO sont préoccupés par la réalisation des différents chantiers de la Communauté, notamment en matière de paix, de sécurité, de démocratie et de bonne gouvernance.