Le premier ministre Kassory parle de son bilan et fixe les perspectives de son gouvernement

0
466

Le premier ministre, chef du gouvernement, Kassory Fofana était face à la presse ce mercredi 29 mai dans un hôtelier de Conakry. Objectif, parler de son bilan et fixer les perspectives. A cet effet, nous vous livrons l’intégralité de son discours. Lisez !

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Je vous remercie d’avoir répondu si nombreux à cette conférence de presse, que je consacre au bilan de ma première année à la tête du Gouvernement.

En cette circonstance, je voudrais réitérer ma profonde reconnaissance, à Son Excellence Monsieurle Président de la République, Professeur Alpha Condé, pour m’avoir donné l’opportunité de servir mon pays dans ces hautes fonctions de Premier Ministre, Chef de Gouvernement de la République.

Je voudrais lui redire également mes remerciements pour la confiance et l’appui constants qu’il m’accorde dans l’accomplissement de ma mission.

Je voudrais lui renouveler, ici, mon engagement et mon soutien indéfectible.

C’est pour moi un immense plaisir et aussi un agréable devoir d’être devant vous ce matin.

En effet, le Chef de l’Etat a souhaité que le Gouvernement dont il m’a fait l’honneur de conduire l’action soit proche du peuple, et toujours présent sur le terrain.

Il a aussi recommandé que ce Gouvernement de sensibilité et d’aspiration populaire ne se détourne pas de l’opinion, en faisant l’effort d’expliquer l’action qu’il mène, au quotidien, sous sa direction pour répondre aux attentes de nos concitoyens et combler leurs espoirs.

L’expérience a montré que Monsieur le Président de la République a raison, car chaque fois que l’opinion est bien informée, elle comprend mieux ce qui est fait, et est plus prompte aussi à y adhérer pour le bien de notre pays.

Vous êtes en votre qualité de journalistes, les témoins de notre temps, comme nous sommes, en notre qualité de gouvernants, les acteurs aujourd’hui d’une histoire qui s’écrit, chaque jour, avec le Professeur Alpha Condé dont nous partageons la vision et l’ambition pour la Guinée.

C’est l’occasion de vous dire que tous les ministres et moi-même ainsi que tous ses collaborateurs sommes honorés par la confiance placée en nous, individuellement et collectivement.

Mesdames et Messieurs,

L’exercice auquel je vais me livrer avec vous, relève d’un devoir républicain de reddition des comptes auquel est assujettie toute personne détenant l’autorité publique.

Je voudrais faire noter que le présent bilan s’inscrit dans le cadre des orientations de Son Excellence Monsieur le Président de la République, en droite ligne avec sa vision pour une Guinée émergente et prospère, une Guinée maîtresse de son destin, garantissant le bien-être des générations présentes et futures.

 

Vous vous souviendrez Mesdames et Messieurs les journalistes qu’à ma prise de fonctions, je me suis engagé le 27 juin 2018 devant la représentation nationale à travailler sur un certain nombre de préoccupations essentielles des populations. Il s’agit, entre autres:

 

du dialogue politique et social ;
de l’amélioration de la gouvernance avec un accent sur la lutte contre la corruption et l’impunité ;
de la sécurité, la paix et la quiétude sociale ;
de la croissance et de la stabilité économique ;
de la répartition inclusive de la richesse nationale, ce qui est convenu d’appeler le partage équitable de la prospérité ;
de l’emploi jeunes et l’autonomisation des femmes ;
de l’assainissement et de la salubrité publique ;
du développement des infrastructures socio-économiques de base (énergie, routes, télécommunications, logements sociaux, etc.) ;
des initiatives présidentielles visant le développement de l’agriculture à travers les filières à valeur ajoutée ;
du recentrage des objectifs de la diplomatie guinéenne.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Gouverner c’est décider et agir, mais c’est également devoir rendre compte.

 

Je voudrais m’atteler à cet exercice dans un langage franc, ouvert et direct sur les acquis, les défis et les perspectives de l’action gouvernementale.

 

A cet égard, il est bon de rappeler la situation de départ dans laquelle nous nous trouvions au moment de ma nomination le 21 mai 2018.

Le contexte socio-politique était marqué par des crises récurrentes et paralysantes: protestations et manifestations des partis politiques, de la société civile, des syndicats avec pour corollaire une atmosphère d’angoisse et d’insécurité généralisée.

Le contentieux issu des élections communales a mis àmal le dialogue politique et exacerbé les tensions.

Cette atmosphère délétère a porté un coup dur aux activités économiques et menaçait la paix sociale et la stabilité des institutions.

Vous comprendrez des lors, avec le soutien actif du Chef de l’Etat, la priorité que j’ai donnée à la relance du dialogue politique et social avec les institutions républicaines, la classe politique, la société civile et les syndicats.

Vous comprendrez aussi l’urgence accordée aux questions de sécurité pour garantir l’ordre public et la quiétude des citoyens.

Le nouveau contexte socio-politique ainsi apaisé, a permis d’engager des actions hardies pour assurer la stabilité macroéconomique alors éprouvée.

 

C’est ainsi que nous avons pu remettre sur les rails le programme économique et financier de la Guinée avec les institutions de Bretton Woods.

 

Aujourd’hui, le taux moyen annuel de croissance est à deux chiffres sur la période 2016-2018, et se situe à 10,2%.

 

Cela est le fruit d’une gouvernance économique et financière saine, marquée par une stabilité des indicateurs macroéconomiques, une amélioration constante de l’environnement des affaires et un bon niveau de mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social 2016-2020.

 

La croissance a été notamment portée par le secteur minier, affichant une production de la bauxite en hausse constante et par le secteur de l’agriculture qui a bénéficié des retombées des initiatives présidentielles sur les filières à forte valeur ajoutée.

Mesdames et Messieurs,

 

Sur le plan de l’amélioration de la gouvernance, nous avons engagé la lutte contre la corruption et l’impunité.

 

A ce titre, le cadre institutionnel de lutte contre la corruption a été restructuré et renforcé.

 

Les corps de contrôle à travers l’Inspection d’Etat, l’Inspection des Finances et des ministères sectoriels, ont été réactivés.

 

Les premiers résultats issus des audits menés ont donné lieu à un début de sanctions des fonctionnaires incriminés, avec des poursuites judicaires sanctionnées par des condamnations.

 

Vous savez, les réformes sont difficiles à mener en Guinée, mais nous restons fidèles à nos engagements et nous ne ménagerons aucun effort à poursuivre cette lutte essentielle pour le pays.

 

C’est un combat qui requiert la conjugaison d’efforts de tous, y compris la police pour les investigations, de la presse pour l’information objective des citoyens et de la justice pour l’application rigoureuse de la loi.

 

Je vous réitère ma détermination sans faille et mon engagement inébranlable soutenus par une volonté politique affirmée du Chef de l’Etat à continuer cette campagne sans relâche et jusqu’au bout.

 

Ce n’est pas le travail d’un jour ou une action qu’un homme seul peut réussir, la pratique étant très ancienne et ancrée dans les mœurs, les résistances aussi sont réputées nombreuses et fortes.

 

Vous, les journalistes, qui formez et façonnez l’opinion, je sais que vous militez pour que la Guinée soit ‘’ gouvernée autrement’’ et vous êtes engagés, sous l’emprise de votre fibre patriotique, à soutenir les réformes dans notre pays : c’est tout à votre honneur! Car la Guinée est un pays où le changement de comportement et de mentalités est un défi permanent.

Mesdames et Messieurs,

 

Au-delà des efforts visant la stabilité macroéconomique, la sécurité, la paix et la quiétude sociale, nous avons entrepris conformément aux orientations du Président de la République la transformation structurelle de l’économie guinéenne.

 

Il s’agit tout en préservant les fondamentaux économiques, de garantir une croissance de qualité, c’est-à-dire une croissance forte, inclusive et durable.

 

En d’autres termes, il s’agit de traduire les performances économiques de la gouvernance du Professeur Alpha Condé, en réalités tangibles dans le quotidien des Guinéens.

 

A ce titre, les initiatives entreprises sont nombreuses et les résultats déjà perceptibles.

 

Une première initiative porte sur le projet novateur du Chef de l’Etat qui affecte 15% des revenus miniers au financement du développement des collectivités locales, avec pour organe d’exécution l’Agence Nationale de financement des collectivitésANAFIC.

 

C’est un programme ambitieux, de plus de 700 milliards de Francs Guinéens visant à impulserune dynamique de développement économique à la base, en créant des emplois et en stimulant l’entreprenariat des jeunes et des femmes sur toute l’étendue du territoire national.

 

Dans les semaines à venir et ce sur l’ensemble des 342 communes urbaines et rurales, plus de 700 projets d’infrastructures mobiliseront près de 700 PME et près de 500 jeunes encadreurs pour le suivi des projets.

 

Une deuxième initiative porte sur l’inclusion économique, financière et sociale, visant à extraire de l’extrême pauvreté 40% des Guinéens à l’horizon 2025, soit 5 000 000 de nos concitoyens.

 

D’ores et déjà, nous avons mobilisé 104 millions de dollars de la Banque mondiale, de la Banque Africaine de Développement et du Budget National de Développement.

 

L’objectif est de démarrer, dès le dernier trimestre de cette année, un programme pilote portant sur les transferts monétaires et les travaux à haute intensité de main d’œuvre sur un échantillon de400.000 personnes vulnérables.

 

La soutenabilité d’un tel programme requiert un effort de mobilisation accrue de ressources internes.

 

Une troisième initiative portant sur la Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes, la MAMRI, répondra à cette préoccupation.

 

Il s’agit de relever le niveau actuel de collecte des ressources internes de 13,5% à au moins 20% du PIB, conformément aux recommandations de la conférence d’Addis-Abeba sur le financement du développement.

 

Une quatrième initiative concerne l’amélioration du cadre de vie des guinéens. Elle vise la mise en place d’une politique ambitieuse de logements sociaux.

 

La création de l’Agence Guinéenne pour le Financement de Logement (AGUIFIL) a été sanctionnée par un décret la semaine dernière.

 

D’ores et déjà un accord tripartite a été conclu entre la Banque Centrale, l’Association Professionnelle des Banques et le Gouvernement pour le financement du logement social.

 

Un projet pilote de 5000 logements est sur le point d’être lancé.

 

Un fonds de garantie hypothécaire a été créé à l’effet de soutenir ce programme d’habitat social, lequel bénéficie d’une provision budgétaire à hauteur de 25 milliards GNF cette année.

 

Une cinquième initiative concerne une stratégieglobale pour l’emploi et l’entreprenariat en Guinée, notamment en faveur des jeunes et des femmes.

 

A cet égard environ 300 millions de dollars des Etats-Unis d’Amérique sont déjà négociés et conclus avec différents bailleurs de fonds dont entre autres, l’Union européenne, la Banque mondiale et la Société Financière Internationale, les agences spécialisées du système des nations unies , la BID, l’AFD et la BAD.

 

Cette initiative a pour cible plus de 200 milles jeunes et femmes à travers tout le pays.

 

D’autres initiatives sont en cours de formulationen faveur de l’appui et du financement de l’entreprenariat de masse afin de toucher un plus grand nombre de jeunes et de femmes.

 

Une sixième initiative concerne un vaste programme de réalisation d’infrastructures socioéconomiquesavec:

La réhabilitation des voiries urbaines de Conakry, Labé, Dalaba, Pita, Mamou, Siguiri, Guéckédougou et le lancement d’importants chantiers sur les axes de l’intérieur du pays (Coyah-Faramoyah, Coyah-Mamou-Dabola, Dabola-Cissela-Kouroussa, Guéckédougou-Kondébadou, etc.).

 

L’amélioration du transport urbain de Conakry avec la relance du train Conakry Express et la mise en circulation d’une centaine de bus.

 

La redynamisation de la politique en matière d’assainissement avec l’adoption d’une nouvelle stratégie, la mobilisation d’un financement auprès de l’UE et de la BID d’environ 100 millions de dollars. Cela a déjà permis de procéder au recrutement de deux opérateurs de référence internationale pour la collecte, le transfert des déchets et la gestion de la décharge publique mais aussi de lancer l’acquisition d’importants équipements ainsi que la construction de nouvelles infrastructures.

 

Une autre initiative concerne la politique de promotion du contenu local. L’enjeu est la GUINEISATION de l’économie et de l’emploi pour permettre aux guinéens de profiter pleinement des retombées de la croissance économique.

 

Pour garantir la mise en œuvre de cette initiative, il me plait d’annoncer la mise en place très prochaine à la Primature d’un Observatoire National du Contenu Local dont le financement est en négociation avancée dans le cadre de la coopération bilatérale avec les Emirats Arabes Unis.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Pour terminer, je voudrais souligner que cet exercice de bilan ne vise pas à montrer ou démontrer une sorte d’autosatisfaction.

 

En effet, les défis restent encore nombreux pour répondre aux attentes légitimes des populations et espérer inscrire résolument la Guinée dans une dynamique de développement économique et sociale durable.

 

Devant l’immensité de ces défis et les attentes pressantes des populations, il y a un choix devant lequel je n’hésiterai jamais: celui de se complaire dans le confort de l’inaction ou de courir le risque de s’exposer aux critiques et aux nombreuses hostilités.

 

Comme Georges Pompidou, ‘’ je préfère l’impopularité à l’irresponsabilité’’, parce qu’il reste possible de changer son image et de convertir l’opinion, à notre époque, mais, on l’a vu dans l’histoire, combien de fois il est impossible parfois de rattraper des erreurs liées à l’hésitation des dirigeants pendant les heures graves de la vie des nations.

 

Ce bilan et ces perspectives traduites dans les initiatives en cours s’inscrivent dans la vision du Président de la République pour l’avènement d’une Guinée émergente.

 

En visionnaire averti et en homme d’actions pressé, le Professeur Alpha Condé multiplie les initiatives et engage sans répit mon Gouvernement à réaliser tous ces chantiers ambitieux.

 

Il n’y a pas de monde parfait, mesdames et messieurs les journalistes, et nous ne prétendons pas pouvoir tout faire ou contenter tout le monde, mais le Chef de l’Etat, nous engage tous, sous son impulsion, à changer avec lui la Guinée et l’image de la Guinée et à contribuer du mieux que nous pouvons à faire le bonheur et la prospérité de tous les Guinéens, sans exception.

C’est le choix que nous avons fait.

C’est l’espérance que nous partageons avec vous aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs,

 

Je suis à votre disposition pour la séance des questions sur l’ensemble de ces thématiques, et bien sûr, sur d’autres que je n’ai pas évoquées.

 

Je vous remercie.