Le Président des Guinéens du Mali parle du bilan de son bureau, les difficultés, perspectives et attentes du nouveau mandat d’Alpha Condé (entretien)

0
2131

A l’occasion du nouvel an 2021, El hadj Sitta Camara, Opérateur économique et par ailleurs, Président du Conseil des Guinéens au Mali et d’ailleurs, s’est prononcé sur la diaspora guinéenne vivant au Mali ainsi que sur le nouvel mandat du Président Alpha Condé. Lisez !

Guinéenews© : comment se porte la communauté guinéenne en cette période très particulière au plan sociopolitique et économique de votre pays hôte, le Mali, ce pays en profonde crise sécuritaire aussi ?

 El hadj Sitta Camara : tout d’abord, je dirais merci à Guinéenews pour son objectivité et d’être venu vers nous à l’occasion du nouvel an que nous souhaiterions meilleur à celui de 2020 écoulé.

Donc, je dirais que la Communauté guinéenne au Mali se porte bien en dépit de toutes les difficultés conjoncturelles et les défis majeurs de l’année 2020 à l’échelle planétaire. Une année qui été dominée par la pandémie du COVID-19 avec toutes sortes d’impacts négatifs et dégâts collatéraux tant au plan socio-sanitaire qu’économique.

Guinéenews© : au plan géoculturel notamment, le Mali et la Guinée sont très proches. Quel est actuellement le nombre de Guinéens dans votre pays hôte, le Mali ?

El hadj Sitta Camara : en fait, pour l’instant, il n’y a pas un chiffre précis concernant le nombre de Guinéens installés régulièrement au Mali. Mais, il y a trois paramètres à retenir, côté statistiques.

Primo, il y avait, dans les années 2000-2010, le nombre de Guinéens enregistrés au niveau de notre Ambassade, variait entre 50.000 et 300.000 détenteurs de cartes consulaires.

Secundo, sur la base des recensements à but électoral, l’effectif varierait entre 18.000 et 30.000 électeurs enrôlés.

Tertio, en termes d’importance numérique des Expatriés, la Guinée, notre pays, a la plus forte communauté africaine et étrangère au Mali. On est suivi du Burkina Faso, du Sénégal et de très loin de la Côte-d’Ivoire, du Niger et des autres pays de l’Afrique centrale. Dans ce registre, l’effectif des Guinéens au Mali est estimé à plus d’un million d’individus.

 Guinéenews© : au plan socio-économique, dans quels secteurs vitaux, la Communauté guinéenne est beaucoup plus présente au Mali ? 

El hadj Sitta Camara :  au plan socioéconomique, les Guinéens interviennent dans tous les domaines. Mais, c’est surtout dans le secteur informel que nos compatriotes sont beaucoup plus visibles. C’est principalement dans le commerce, les transports, les pâtisseries, les mines, l’immobilier, l’artisanat, la menuiserie, la restauration et l’entreprenariat de construction de bâtiments. Les Guinéens interviennent aussi dans les services. Dans l’Administration malienne et les organismes internationaux de la place, le nombre de Guinéens reste très limité par rapport à ceux du Sénégal et de la Côte d’Ivoire.

Guinéenews© : comment est organisée et gérée la diaspora guinéenne au Mali ?

El hadj Sitta Camara :  à l’instar de nos compatriotes dans les autres pays, la Communauté guinéenne est organisée en une association relevant du ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger. Association dénommée, le Conseil des Guinéens au Mali (CGM). Le Bureau de ce Conseil que j’ai le privilège de présider depuis deux ans et demi maintenant à un mandat de cinq ans, renouvelable et gère la Communauté toute entière. Cela, sans aucune distinction d’ethnies, de Régions, de Religions ou d’appartenance politique ou idéologique. Pour le Conseil, il s’agit d’être Guinéen et enregistré au Consulat de l’Ambassade de Guinée à Bamako.

Guinéenews© : comment est né le Conseil des Guinéens au Mali ?

El hadj Sitta Camara :  en substance, le Conseil des Guinéens au Mali (CGM) est une organisation instaurée sur décision du Gouvernement guinéen. C’est dans le cadre de la Politique nationale de gestion de la Communauté guinéenne à l’Extérieur afin de les impliquer dans la construction du pays. Le Professeur Alpha Condé, au cours de son premier mandat, en 2010, a instruit à ce que tous les Guinéens de l’Intérieur et de l’Extérieur soient associés activement à la gestion constructive de la Guinée. C’est dans le cadre de cette politique gouvernementale qu’est né le CGM.

Ici, au Mali, le Bureau du Conseil s’implique dans la mobilisation, l’organisation et dans l’assistance sociale des ressortissants guinéens. Sous l’égide de la Mission diplomatique et consulaire, le Conseil est au service de tous les Guinéens. Suivant les instructions du Chef de l’Etat et du Département central de Conakry, pour la gestion participative de la diaspora guinéenne à la vie de la Nation, mon Bureau apporte assistance à tous nos compatriotes qui sont dans le besoin au plan social, humanitaire ou juridique. Comme je le disais tantôt, les portes du Conseil sont ouvertes à tous les ressortissants guinéens qui ne violent pas les règles, lois et coutumes du pays hôte.  A Bamako et dans les régions, nous avons partout des points focaux. Leur installation officielle devait avoir lieu depuis le mois de mars dernier n’eut été la maladie du Coronavirus.

Guinéenews© : concrètement, qu’apporte comme assistance le Conseil aux Guinéens au Mali ?

El hadj Sitta Camara :  c’est pratique. Le Conseil, depuis sa mise en place, s’est impliqué dans la libération de plus d’une quarantaine de ressortissants guinéens en détention à travers les maisons d’arrêt du Mali. Dans ce cadre, le Conseil collabore légalement et officiellement avec les autorités compétentes maliennes.

Au plan humanitaire, nous assistons aussi beaucoup nos compatriotes en détresse sur le sol malien. A ce propos, le Conseil a permis, dans ces deux dernières années, le retour en Guinée de beaucoup de nos ressortissants bloqués dans les régions de Kidal, Gao, Ménaka et Tombouctou. C’était des rapatriés des pays maghrébins.

Au plan social, le CGM intervient dans des cas de maladies, de décès, d’accidents de la circulation et de procès.  Les autorités maliennes et guinéennes apprécient beaucoup la méthode du CGM des affaires courantes ou des contentieux sociaux entre des tiers maliens et nos compatriotes.

Guinéenews© : le Chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé, a été réélu pour un troisième mandat à l’issue de la présidentielle du 18 octobre 2020. Sous quel signe placerez-vous ce premier mandat de la IVeRépublique de « votre neveu » ?

El hadj Sitta Camara :  c’est sous le signe d’accompagnement franc, sincère, constructif, de réconciliation nationale et hautement patriotique.

Dans cette perspective, le Conseil des Guinéens au Mali a eu l’initiative d’entrer en contact avec ses homologues guinéens dans les autres pays pour tenir la première édition du forum de la diaspora guinéenne. La date et les termes de référence seront fixés de commun accord avec mes collègues des autres pays et notre département de tutelle.

Guinéenews© : quel sera le principal point à l’ordre du jour de ce forum ?

El hadj Sitta Camara :  c’est pour mieux organiser la diaspora guinéenne dans toutes les régions du monde, leur permettre de bénéficier du fruit des changements et réalisations économiques en cours au pays. A l’Extérieur du pays, les Guinéens sont très nombreux et ce sont de gros travailleurs et patriotes. De façon informelle, ils contribuent au développement de notre pays ; nombreux sont ceux qui constituent de véritables soutiens de leurs familles au pays. Mais, leur apport mérite d’être mieux réglementé et restructuré davantage. L’Etat guinéen doit leur accorder un statut beaucoup plus participatif à l’édification de la patrie. A l’image de nos frères maliens, par exemple, les Guinéens de l’Extérieur doivent avoir un quota à des postes politiques électifs. Nous contribuons à l’amélioration des conditions de vie et d’existence de nos familles à l’Intérieur. Donc, nous avons droit à des faveurs, nos préoccupations doivent être prises en compte.  C’est dans cet esprit que nous devons accompagner le Gouvernement du Professeur Alpha Condé dans sa Politique nationale en faveur des Guinéens de l’Extérieur. Il s’agira de permettre à ces derniers de contribuer effectivement à la construction de la chère patrie puis amener l’Etat guinéen à prendre davantage en compte l’apport et les potentialités de la Diaspora guinéenne en termes de valeur ajoutée.

Guinéenews© : la Guinée a-t-elle une politique incitative dans ce domaine ?

El hadj Sitta Camara :  dans ce domaine, nous sommes en bons termes avec le Gouvernement. Par exemple, le Professeur Alpha Condé a fermement instruit à l’Ambassade de Guinée, lors de l’un de ses passages ici à Bamako… à ce que nos ressortissants aient des facilitées dans les formalités d’obtention de la carte consulaire. Cela est devenu un acquis pour les Guinéens au Mali. C’est seulement au niveau de nos postes de la frontière du Mali avec la Guinée où il y a de problèmes des deux côtés. Ceci, à cause des tracasseries policières érigées en système qu’il faut revoir. Certes, le passeport guinéen n’est plus délivré dans nos missions diplomatiques et consulaires. Mais, force est de reconnaître qu’à Conakry, les procédures sont règlementées et légales. Ce qui fait qu’aujourd’hui, le passeport guinéen est fiable et crédible au plan international. Donc, ce sont des mesures incitatives en direction de nos compatriotes.

Guinéenews© : au titre du nouvel an 2021, quelles sont les perspectives ?

El hadj Sitta Camara :  beaucoup d’actions sont en vue en faveur de notre Communauté. Surtout pour la jeunesse (au plan sportif et culturel), les femmes et les opérateurs économiques. Si tout va mieux avec la maladie du COVID-19, le CGM installera officiellement ses antennes dans toutes les six communes de la capitale malienne et dans les Régions et Cercles de l’intérieur.

Nous allons faire une tournée dans tous les postes frontaliers du Mali avec la Guinée pour recenser les problèmes de nos concitoyens et en rendre compte à qui de droit à Bamako et à Conakry. C’est prévu aussi dans les prisons de Bamako et Kati ainsi qu’aux Commissariats et Gendarmeries pour mieux venir au secours de nos compatriotes qui en ont droit.

Dans ce cadre, nous invitons tous les ressortissants guinéens au Mali de s’immatriculer au Consulat et s’inscrire auprès du Conseil en prenant la carte de membre.

Sur ce, je souhaite que l’année 2021 soit vraiment meilleure à celle de 2020 pour toutes et tous.

Entretien réalisé par Habib Diallo, depuis Bamako pour Guinéenews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.