Le reboisement 2019 fait un flop à Boffa: la direction de l’environnement bruyamment investie ce jeudi par des ONG

août 1, 2019 8:34

Plusieurs dizaines de jeunes, membres des différentes ONG locales ont pris d’assaut la direction préfectorale de l’environnement ce  jeudi 1er août dans la commune urbaine de Boffa pour protester contre ce qu’ils appellent des ‘’magouilles’’ orchestrées par ladite la direction.

En clair, ces jeunes émeutiers accusent le directeur préfectoral de l’environnement de leur avoir retiré le projet de la campagne de reboisement dans les zones de Sekhaibader, Fountan et Mayenkhourer au profit des ONG de Conakry.

« La cause de notre révolte aujourd’hui, c’est parce qu’il y’a eu une mission conjointe de l’Environnement, des Eaux et Forêt qui avait convoqué toutes les ONG et associations de jeunes pour une rencontre. Nous nous sommes rendus à la direction préfectorale de l’agriculture et ils ont expliqué tout ce qu’il faut pour monter ce projet de reboisement de 50 hectares. Par la suite, ils nous ont dit d’aller voir les sites. Ce sont les associations qui prennent tout cela en charge. Ce jour, nous sommes allés et de 8 heures à 14 heures, nous avons travaillé sur les sites. Nous y avons procédé au piquetage dans la zone à reboiser. Maintenant à notre fort étonnement, nous apprenons qu’aucune ONG ni associations de Boffa n’est retenue dans le cadre de ce programme de reboisement. En revanche, ce sont celles de Conakry et d’ailleurs qui viennent pour exécuter ledit reboisement. Nous n’avons pas retardé et avons officiellement dépêché deux personnes pour alerter les autorités préfectorales. Par après, nous avons vu une autre équipe qui est venue faire le reboisement.  Entretemps, nous sommes allés expliquer cette situation aux autorités locales. Mais celles-ci sont restées de marbre. Devant donc cette indifférence des autorités locales, nous avons décidé de nous faire entendre et nous sommes déterminés à nous battre jusqu’à ce que nous soyons rétablis dans nos droits », nous a confiés un jeune frondeur.

Sur les lieux, certains jeunes en colère affirmaient être trahis par les autorités surtout le directeur préfectoral de l’environnement qui était absent de son bureau ce jeudi durant toute la journée. Et toutes nos tentatives de le joindre par téléphone sont restées vaines jusqu’au moment où nous mettons en ligne ce soir.