Le Salon des Entrepreneurs de Guinée organise un Focus SADEN à l’intention des entrepreneurs

0
503

Mettre l’information à la disposition des startups, entreprises ou autres PME, de façon continue.  Telle est la réelle motivation qui anime le Salon des Entrepreneurs de Guinée qui initie un Focus Saden depuis trois ans à l’intention des porteurs de projets et autres nécessiteux d’entreprenariat.

Fidèles à cette démarche qui a tendance à devenir une tradition, les responsables du Salon des Entrepreneurs de Guinée, en partenariat avec l’Agence belge de développement (Enabel) et la Bourse de Sous-Traitance et des Partenariats (BSTP), ont organisé un Forum SADEN ce samedi 12 septembre 2020, à Conakry.

Il s’agit là d’un cadre d’échanges et de partage d’informations pour les entreprises, avec pour objectif de réunir des dirigeants de startups, d’entreprises et de PME afin de leur permettre de répondre au mieux aux problématiques économiques que pose l’épidémie de coronavirus aux entreprises.

Pour la rencontre de ce matin, les initiateurs ont invité des experts dans différents domaines afin qu’ils puissent partager leurs expériences et mettre à la disposition des startups l’information, pour leur permettre d’avancer.

Au compte du premier numéro de cette nouvelle saison, le SADEN est accompagné par Enabel et la Bourse de sous-traitance (BSTP). Il repose sur la pandémie du COVID-19, et porte sur comment réadapter son entreprise et ses activités en période COVID-19 ou post-COVID-19.

Membre du projet « Imata », Fodé Momo Bangoura a exposé sur un bracelet qui permet de faire respecter la distanciation sociale en milieu professionnel. Selon le présentateur, ce bracelet génère des alertes ou des vibrations lorsque les collaborateurs se rapprochent à une distance inférieure à 1,5 mètre. Et, reste configuré et adossé à une application mobile dépendamment ou indépendamment de laquelle l’application la montre peut fonctionner.

Pour ce jeune entrepreneur, si on mûrit une idée, il convient de la mettre en application le plutôt que possible. C’est pourquoi il a invité les indécis à outrepasser leurs cœurs, leurs peurs, ainsi que les contraintes. « On est dans un monde capitaliste, quelle que soit la crise qui survient, l’économie ne doit pas s’arrêter. D’où la solution Imata », a-t-il lancé.

L’exposé de la Directrice Générale de « Yalan » a porté sur comment son entreprise s’est adaptée face à la crise sanitaire causée par le COVID-19. Mariama Bah a aussi développé l’expérience vécue et comment son entreprise a réussi à maintenir son chiffre d’affaire pendant cette pandémie, en même temps maintenir ses employés au sein de l’entreprise.

Aux dires de Mariama Bah, « Yalan » est une entreprise qui évolue dans la réparation des Smartphones et des lap tops qui, en cette période de crise sanitaire, a pu faire une valeur ajoutée en initiant la réparation mobile pour ses clients qui n’ont qu’à appeler sur le standard de l’entreprise où une équipe est mise à leur disposition pour aller récupérer le téléphone en vue de sa réparation avant de le déposer aux clients soit à leurs domiciles, soit à leurs services.

Au cours de sa communication, le consultant des cabinets de conseils de formation a abordé la question de la résilience des entreprises en période de crise ainsi que les dispositions qui doivent être prises à l’interne pour tirer le meilleur profit de cette situation.

A terme, Elhadj Ibrahima Kobélé Keita a dit avoir senti aux participants tout l’intérêt, marqué par de fructueux échanges portant notamment sur la remise en question des organisations telles qu’elles fonctionnent aujourd’hui, pour qu’elles soient mieux préparées à résister à la crise qui persiste encore, mais aussi à pouvoir rebondir pour tirer le maximum de profits et d’opportunités liés aux menaces actuelles.

L’Agence belge de développement (Enabel) est le partenaire financier du Forum SADEN. Pour l’Assistant technique national chargé d’appui aux miros, petites et moyennes entreprises chez Enabel au projet Entreprenariat urbain, l’objectif de ce projet est de renforcer les performances techniques, sociales et économiques des entreprises sur l’axe Conakry-Kindia-Mamou. Un projet qui s’étend jusqu’en 2023.

« Nous appuyons à la fois les entreprises, mais aussi les structures d’appui aux entreprises, telles que la BSTP, le SADEN, Zatropha ou d’autres structures. Donc, avec la pandémie du Covid-19, c’était tout naturel pour nous d’appuyer ces structures pour accompagner à la résilience des entreprises. C’est dans ce contexte que nous avons un accord de partenariat avec la BSTP », a expliqué M. Ibrahima Sory Diallo.

Motif de satisfaction pour Salématou Sacko qui a fait noter qu’au sortir de chaque Salon, les entrepreneurs retournent toujours avec plus ou moins de suggestions, notamment ce qui n’aura pas été couvert. « Et on essaie d’organiser des focus en fonction des besoins réels », a dit la Vice-présidente du SADEN.