Législatives : Dr Oussou se paie des partis politiques qui menacent de manifester pour la tenue des élections

0
754

«Nous n’avons jamais dit que nous boycottons les élections législatives. Nous avons simplement dénoncé le fichier électoral. Une fois que le fichier est débarrassé des mineurs, des doublons et des cas de décès, nous allons écraser le RPG Arc-en-ciel comme des punaises…», tels sont les propos du vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG).

Au téléphone de Guinéenews, Dr Oussou a rappelé que quand le président de la République Alpha Condé a déclaré qu’il y en aura des gens qui feront la diarrhée, que des gens ont pensé que cela est lié au report des élections législatives.

«Je dis non. Ce sont des partis politiques que ne souhaitent jamais que l’opposition revienne dans le processus électoral. D’ailleurs, la configuration actuelle du fichier permet au RPG Arc-en-ciel de s’offrir cent sièges à l’Assemblée nationale et donner les 14 autres aux autres partis. Le RPG Arc-en-ciel étant un parti politique désorganisé, veut vaille-que-vaille aller à ces élections sans les partis politiques majeurs pour lui permettre de s’octroyer une majorité qualifiée», a-t-il martelé.

Dans la même logique, Dr Oussou a fait savoir que les candidats pour ces élections savent pertinemment, clair comme eau de roche,  qu’ils ne seront jamais députés si l’opposition arrivait dans le processus électoral.

«Par exemple à Mamou, si l’UFDG se présentait, Sanoussy Bantama Sow ne pouvait même pas rêver d’être député uninominal. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’avoir raison car, nous n’avons pas dit que nous boycottons les élections législatives mais plutôt, nous avons dit que nous ne venons pas tant que le fichier électoral n’est pas fiable. Le monde entier nous a donné raison y compris le président Alpha Condé en procédant au report des élections. Alpha Condé n’en avait pas besoin parce que les partis politiques en lice n’ont jamais dit qu’ils ne sont pas d’accord du fichier électoral actuel. Ils n’ont jamais dit qu’ils n’iront pas aux élections. Alpha Condé a procédé au report parce qu’il s’est rendu compte que le pays est isolé et le fichier électoral n’est pas bon. Dans un pays normal, on devait donner raison à l’opposition pour avoir dénoncé le fichier électoral», a-t-il expliqué.

Suite aux menaces des partis politiques en lice d’occuper les rues pour amener le chef de l’Etat Alpha Condé a fixé sitôt la date des législatives, Dr. Fodé Oussou dira ceci :   « ce qui est ridicule, c’est quand certains partis politiques menacent de manifester si les élections ne sont pas organisées plutôt. C’est la peur dans le ventre parce qu’ils ne veulent pas un fichier électoral propre et ils ne veulent pas l’arrivée des partis politiques majeurs de l’opposition dans le processus.  Il y en a parmi eux qui rêvent d’être le chef de file l’opposition. Ce sont ces personnes qui animent des points de presse avant même la fin de la correction du fichier électoral pour dire qu’il faut qu’Alpha Condé donne une date pour les élections législatives ».

Selon toujours Dr. Oussou, le RPG Arc-en-ciel a peur d’aller aux élections avec un fichier électoral propre. « Si les élections législatives sont organisées avec un fichier électoral propre, le parti au pouvoir n’a aucun moyen d’avoir la majorité qualifiée. Le choix des candidats uninominaux a été fait sur la base que l’opposition ne viendra jamais. C’est pourquoi, ils ont choisi des gens pêle-mêle. En ce qui concerne le couplage des élections, si ces partis politiques en lice étaient sérieux, puisqu’ils ont postulé pour aller aux élections législatives, ils auraient quitté le processus électoral. Parce que le monde entier n’est pas d’accord pour donner un troisième mandat au président Alpha Condé», a-t-il estimé.

Pour terminer, Dr. Oussou met au défi les partis politiques qui entendent manifester. « Je demande au gouverneur de la ville de Conakry d’accéder à leur demande. Tous ces partis politiques réunis ne peuvent même pas avoir le quotient pour avoir d’un député. Aucun d’entre eux ne peut mettre plus de 200 personnes dans les rues à Conakry», a-t-il ironisé.