Législatives du 16 février:  Pas  d’engouement chez les électeurs de Kankan

0
273

A moins de quelques semaines des élections législatives prévues le 16 février prochain, le climat qui règne dans la circonscription électorale de Kankan n’est pas du genre à rassurer les électeurs. On ne constate aucun engouement chez les électeurs, même dans ce fief du parti au pouvoir.

Les différents points d’affichage des listes électorales n’attirent toujours pas grand monde. Et bien que la campagne électorale ait été lancée, en dehors des publications isolées de quelques candidats sur les réseaux sociaux, l’atmosphère qui prévaut dans la circonscription ne rime pas avec les campagnes électorales habituelles.

Aucun calendrier n’a jusqu’ici été ficelé. Mohamed Lamine Traoré, président de la commission électorale communale indépendante (CECI) de Kankan pense plutôt que le problème se situe au niveau des candidats et leurs partis respectifs.

« La campagne, ça se prépare. Alors ce manque d’engouement, ça peut être dû à des problèmes financiers, de logo ou même de représentativité. Chacun se prépare à son niveau », a-t-il justifié.

Au niveau du siège de la commission électorale préfectorale indépendante, sise au quartier ex aéroport, on n’y voit pas aussi d’engouement. On n’y trouve presque personne.  D’où un brin de scepticisme dans les propos de Mohamed Lamine Traoré, président de la commission électorale communale indépendante (CECI) de Kankan.

« Dans la circonscription électorale de Kankan, nous évoluons conformément à la date du 16 ça c’est sûr. Mais vu que le climat qui règne est tendu, on ne peut pas vous assurer que le scrutin se tiendra à cette date », a-t-il dit.

Même si rien dans l’enceinte du siège ne semblait l’indiquer, il nous a assurés tout de même que l’heure est à la répartition des bureaux de vote de la localité.

Et déjà à mi-parcours, le nombre de bureaux dans certains quartiers de Kankan a presque  doublé : « A la date d’aujourd’hui, nous sommes en pleins travaux de répartition. Aucun bureau ne doit excéder 600 électeurs et la distance entre deux bureaux ne doit pas dépasser 2 kilomètres. Avec le nouvel enrôlement, quand nous prenons des quartiers comme Kabada 1, nous sommes actuellement jusqu’à 7 bureaux de vote au lieu de 4 lors du précédents scrutin », a-t-il énoncé.

Concernant la distribution des cartes d’électeurs, autre étape majeure du processus, le président de la CECI de Kankan nous plonge  à nouveau dans le scepticisme.

« Dire que ce sera fait à temps par rapport au 16 février, je me réserve. Parce qu’il est question d’apporter des corrections aux anomalies. Ces corrections sont toujours en cours à ce que je sache. Et je crois que c’est après cela que les cartes seront distribuées aux électeurs définitivement retenus », a-t-il avancé.

A noter aussi que selon notre interlocuteur, pour le moment les chiffres exacts des électeurs au niveau de la commune et au-delà dans la préfecture de Kankan ne sont pas connus.  Par contre, on estime que le nombre d’électeurs dans la région administrative s’élève à 1 million 615 mille 804.