Lélouma : Après les violences de 2017, la sous-préfecture de Sagalé ressemble à une reine déchue.

avril 6, 2018 3:09
0

Depuis ces violences qui ont éclaté au lendemain de l’assassinat du cheikh de la localité par un jeune en fin octobre 2017, la sous-préfecture de Sagalé est sans la moindre infrastructure administrative. Bureau et logement du sous-préfet, siège de la mairie, siège des services de sécurité pour ne citer que ceux-ci avaient tous alors été saccagés avant d’être incendiés par des jeunes en colère qui par cet acte réclamaient justice suite au meurtre du cheikh.

Cinq mois après ces incidents malheureux, la commune rurale de Sagalé ressemble aujourd’hui à une localité complètement abandonnée par l’État. Sans une moindre réparation, cette sous-préfecture qui est l’une des plus importantes de la préfecture de Lelouma peine à renaitre de ses cendres, a appris votre quotidien électronique Guinéenews© de source officielle.

À en croire à Ahmadou Mouctar Diallo, le maire de Sagalé, depuis lors c’est un seul local qui sert de bureau au sous-préfet, au maire et au service d’élevage de ladite localité. « On a transformé le centre d’accueil en bureau du sous-préfet ; et c’est un local du service d’élevage qui est utilisé comme logement pour la famille du sous-préfet et en même temps bureau pour le service d’élevage. La mairie aussi travaille avec le même local du service de l’élevage, c’est-à-dire dans le même bureau », entame-t-il.

« Depuis ces incidents, il n’y a ni policier, ni de gendarme. On a d’ailleurs jugé nécessaire de chercher un local mais parce qu’on n’a pas de policier et encore moins de gendarmes c’est difficile. Depuis que tout a été brûlé, pour le moment on n’a pas eu de fonds pour réparer. On va tendre la main à l’État et toutes les bonnes volontés pour réparer la résidence et le bureau de monsieur le sous-sous-préfet ainsi que le siège de la commune », soutient le maire de Sagalé.

En plus, il a soutenu que toute la documentation du village est partie dans les violences. « Les archives de Sagalé étaient l’une des plus riches de la région administrative de Labé. Des documents datant de la période coloniale y étaient stockés. Le Foutah vient donc de perdre une bonne partie de son histoire », a déclaré Ahmadou Mouctar Diallo, le maire de Sagalé.

Pour rappel, le présumé assassin du Cheikh de Sagalé qui a été mis aux arrêts a aussi été déclaré mort quelques jours après son transfert vers Conakry par le gouvernement.