Lélouma/Balaya: la localité confrontée à un déficit d’infrastructures sanitaires  et de personnel soignant

0
1068

Située à environ dix kilomètres du centre de Lélouma, la commune rurale de Balaya où vivent environ 12 211 personnes réparties dans sept districts, en plus du faible taux de fréquentation des patients dans les services de soins, la localité est confrontée à un manque d’infrastructures sanitaires et de personnel soignant.

La sous-préfecture de Balaya ne compte que trois postes de santé et un seul centre de santé avec un total de huit agents pour toutes ces structures, a appris la rédaction locale de Guinéenews.

Au centre de santé principal, bien que tous les services fonctionnent, le local n’est pas clôturé: « depuis mon arrivée ici [février 2018, ndlr], je ne cesse d’attirer l’attention des communautés pour la clôture du centre de santé mais sans succès jusqu’à présent. Pour la fonctionnalité des différents services ici, on se débrouille pour les faire marcher. Nous sommes ici au nombre de cinq travailleurs dont deux contractuels« , explique dès l’entame Moustapha Diallo, le chef du centre de santé.

Avant de préciser: « nous avons aussi trois autres postes de santé avec trois agents à raison d’un agent contractuel par structure. C’est ce qui veut dire que lorsqu’un agent bouge, le poste de santé reste fermé pendant son absence. Absolument, il y a un déficit de personnel soignant. Et laissez -moi vous dire aussi que dans ces postes de santé, aussi il y a toutes les unités qu’un centre de santé possède. Du coup, il n’est pas facile pour un seul agent de faire face à tout ce travail« , souligne Moustapha Diallo.

Et toujours au chef du centre de santé d’ajouter : « certains districts n’ont pas de poste de santé. Les populations de ces districts doivent parcourir plusieurs kilomètres pour se faire consulter dans une structure sanitaire. C’est pourquoi on est en train de voir comment mettre en place par exemple « une case de soin » à Dow -Banga et chercher à avoir un agent pour alléger un peu la souffrance de ces populations ».

Revenant par rapport au taux de fréquentation dans ces structures, le chef du centre est clair: »le taux de fréquentation dans ces structures sanitaires sont vraiment très faibles. Il n’ y a pas assez d’affluence. Si je me fie au dernier monitorage, on a eu que 42% de fréquentation. C’est ce qui est vraiment très faible « , déplore le responsable sanitaire de la sous-préfecture de Balaya.

Pour terminer, le chef du centre de santé lance un appel aux autorités compétentes pour leur venir au secours.