Lélouma: en attendant l’Etat, les habitants de Linsan Saran s’assument pour leur développement

0
451

Linsan Saran est une sous-préfecture située à près de 120 kilomètres du centre-ville de Lélouma. En plus de son enclavement, elle se trouve confrontée à un manque criard d’infrastructures de base. Erigée en sous-préfecture en 1976, elle comptent près de 12 mille âmes reparties entre six districts qui font tous face à d’importants défis de développement. L’unique route qui la désenclave est dans un piteux état. Les infrastructures de base y sont rares.  Le personnel enseignants et les agents de santé déficitaires. Pas de poste de police ni de gendarmerie. On y trouve que les éco-gardes. Aujourd’hui, pour inverser cette tendance, les communautés ont mis les petits plats dans les grands et ont pris leur destinée en main.

En quelques années, avec la forte implication des citoyens et des autorités locales appuyés des ressortissants, ils ont réussi à construire et équiper leur centre de santé et de nombreuses écoles. Une résidence pour le sous-préfet est construite. Le centre d’accueil est en rénovation et un centre de santé amélioré est en phase de construction, a constaté sur place la rédaction locale de Guinéenews.

«Vous savez, la sous-préfecture de Linsan Saran est une localité classée parmi les dernières du point de vue développement. Ils y a quelques bâtiments administratifs. Mais qui sont le fruit des efforts des nos citoyens. L’Etat nous assiste, certes, mais franchement, nous sollicitons son appui. Nous en avons sincèrement besoin parce que Linsan Saran est une sous-préfecture comme tous les autres. Depuis l’érection de Linsan en sous-préfecture, ce sont les communautés qui se sont donné les mains pour construire les bâtiments qui servent de résidence pour le sous-préfet, le centre d’accueil ou encore le centre de santé. Les bureaux de la sous-préfecture et de la commune sont aussi en chantier actuellement et toujours pris en charge par la communauté», a confié Mamadou Oury Diallo, le maire de ladite localité.

Sur la même logique, El hadj Souleymane Kébé président du district du centre se réjouit aujourd’hui des réalisations effectuées par les citoyens de Linsan Saran. Il compte davantage multiplier ces genres d’initiatives pour le développement de la localité.

«Nous sommes fiers des actes posés par nos citoyens dans le cadre du développement local. Nos citoyens d’ici et d’ailleurs se sont impliqués et ensemble nous avons pu faire la rénovation de cette résidence du sous-préfet. Le centre de santé aussi, c’est un parent qui l’a construit. Sans oublier le collège du centre, le franco arabe de six classes et une autre école de trois classes. Les ressortissants ont aussi construit un centre de santé amélioré mais qui n’est pas encore inauguré. Tous ces travaux ont été réalisés au niveau du district du centre ici. Nous sommes vraiment fiers et nous allons pérenniser ces actions parce qu’on a compris que notre développement passe forcement par nous » précise le président du district du centre.

Pour le maire de la commune rurale, l’ambition de son équipe est de promouvoir l’investissement local pour que Linsan Saran soit un miroir pour toutes les autres sous-préfectures. Et pour cela, affirme-t-il, il faut davantage se tourner vers les ressortissants, les ONG et d’autres communes à l’étranger qui ont plus d’expériences et de moyens pour tirer profit.

Il faut rappeler que nombreuses sont aujourd’hui ces communes qui ne comptent que sur leurs propres moyens pour leur développement.