Lélouma : la localité de Bhoully a désormais son école primaire flambant neuf

0
1442
Entièrement financée par les ressortissants, l’extension et la rénovation de cette infrastructure s’élèvent à hauteur de 145 millions de francs guinéens. La remise officielle s’est déroulée ce dimanche 31 mars 2019. Cette cérémonie a mobilisé outre les autorités de l’éducation nationale, régionale et préfectorales, les autorités communales, les sages et les populations de Bhoully.
Le maire de la commune rurale de Sagalé, Thierno Mouctar Diallo s’est réjoui de l’initiative et n’a pas manqué de louanges envers les communautés.
 » Nous remercions les ressortissants de Bhoully pour leur contribution pour cette infrastructure qui a été entièrement financée par les ressortissants à hauteur de 145 millions de francs guinéens qui vient s’ajouter à d’autres déjà réalisées. Je vais dire la mosquée, le poste de santé et deux forages » s’est félicité le maire.
Sur la même lancée, Amadou Dianrougha Diallo directeur national de l’enseignement secondaire et général est largement revenu sur le rôle combien important de l’école pour l’avenir des enfants.
 » C’est avec une très grande joie que j’ai accepté la proposition du cabinet du ministère de l’éducation nationale de venir assister à cette remise d’une école qui a été rénové et qui a connue aussi l’extension. La première chose à laquelle Dieu a donné la plus grande bénédiction, c’est le savoir. Et le savoir s’obtient par l’école. C’est pourquoi celui qui enseigne est un homme bénit parce qu’il transmet le savoir. Et pour ça, je dirais à tous les enseignants de cette école de se réjouir d’être des enseignants. Je me réjouis d’être là. Je découvre une localité des hommes et des femmes qui frisent la bénédiction qu’on cherche partout(…)Pour moi, l’école, c’est le socle de la vie. On ne peut rien faire si on ne connait pas. Et on peut connaître lorsqu’on passe dans une école(…) Je suis certain qu’un jour, je viendrai à Bhoully, je ne marcherai pas sur des roches, je marcherai sur le bitume. Pourquoi ? » s’interroge t-il avant de répondre :  » parceque les enfants d’ici pourront transformer complètement cette localité » prévient le directeur national.
Dans la même logique, Amadou Billo Diallo conseiller fiscal basé à Conakry l’un des initiateurs de ce projet et dont le nom de l’école a été attribué, pense qu’une école dans des bonnes normes incitent les élèves à y fréquenter avec plus de motivation.
« C’est vrai que les ressortissants ont pensé qu’après le poste de santé, il serait judicieux d’étendre l’école et de rénover. Celà va pour l’intérêt de la population locale. Sachant que toute école, lorsqu’elle est rénovée, ça donne du courage aux enfants. Et quand ça donne du courage aux enfants, ils vont être motivé pour venir dans les salles de classe étudier aux bénéfices des parents, de leurs familles, de la région et de la nation toute entière » explique Billo Diallo.
Revenant sur les dispositions et la mobilisation des ressources pour l’exécution du projet, Amadou Billo Diallo rajoute :
 » Après les études, les tâches ont été partagés entre les différentes associations de  » Hakkou thiandi » qui ont contribué et finalement nous avons pu avoir trois salles de classe, un réfectoire pour les enfants, un magasin et un bureau de directeur. Le tout construit dans les normes d’un bâtiment standard. Le financement de l’extension, de la rénovation et l’ensemble de l’infrastructure nous a coûté 145 millions de francs guinéens aux alentours de 14 mille euros. Actuellement nous avons acheté tous les manuels scolaires, les cahiers pour les enfants. Nous avons aussi assisté les parents qui n’ont pas les moyens pour les tenues scolaires. En venant ici aussi pour cette inauguration, nous avons fait l’état des lieux pour recenser tous qui manque pour qu’on puisse compléter et qu’on ait une école digne de nom » a t-il promis.
Quant à Abdourahamane Diallo » le grand » natif aussi de la localité et inspecteur de l’éducation au Sénégal, a rappelé l’objectif de leurs associations avant de solliciter l’appui de l’État pour le personnel enseignants entre autres.
 » La jeunesse de Hakkou thiandi a fait le pari d’accompagner par l’exemple, l’État guinéen dans son effort de développement (…)  Toutes fois, notre ambition n’est pas de se substituer à l’État guinéen. Loin s’en faut. Mais nous savons qu’un État ne peut tout faire partout. Au nom de toute la communauté de Hakkou thiandi d’ici et d’ailleurs, nous voudrions que toutes les autorités ici présentes, soient notre interprètes auprès du Président de la République et du gouvernement pour solliciter leur accompagnement et leur soutien à cette dynamique amorcée par notre jeunesse. Pour qu’on nous affecte suffisamment du personnel enseignants et soignants pour faire fonctionner nos infrastructures(…) De nous accompagner dans le désenclavement et surtout de nous inclure dans tous les projets de développement dédiés aux populations guinéennes », a t-il sollicité.
Les communautés de cette localité ne comptent pas s’arrêter là. D’autres projets sont en cours. La prochaine étape, les associations entendent faire un forage pour alimenter la localité en eau potable et pour permettre aux femmes de faire la riziculture ou des potagers pour subvenir aux besoins nous apprend-on.