Lélouma : l’axe Komba – Linsan Saran, un véritable calvaire pour les usagers

juillet 19, 2019 8:31

Située à près de 120 kilomètres du centre-ville de Lélouma, cette sous-préfecture est l’une des plus enclavées de la localité. Elle fait frontière avec la préfecture de Mali et se trouve à quelques kilomètres de celle de Gaoual.   Seulement une vingtaine de kilomètres sépare Linsan Saran de la route nationale Labé-Koundara. Mais parcourir cette bretelle est un véritable casse-tête pour les usagers. Des nids de poule, des boues énormes qui causent l’embourbement des véhicules ; des blocs de pierres glissantes par endroits, ou encore des flaques d’eau… Tel est le décor qui s’offre à tout usager qui pratique cet axe routier. Pour un véhicule tout terrain, il faut plus d’une heure pour effectuer cette distance de seulement vingt kilomètres.

 » Actuellement, il n’est pas facile d’aller à Linsan Saran. De la localité de Komba à Linsan, il n y a que vingt kilomètres. Mais il vous faut plus d’une heure de temps pour rallier la commune rurale. Et ce, avec tous les risques. On a peur que le véhicule ne s’enlise dans la boue car la route est complètement regorgée d’eau. Pire, Il y a de forts risques que votre réservoir de carburant prenne de l’eau. C’est une partie qui n’est pas du tout bonne surtout pour les véhicules », déplore hors micro et en langue du terroir, un chauffeur qui pratique régulièrement ce tronçon Komba-Linsan Saran.

Sur la même lancée, Mountaga Baldé le sous-préfet adjoint n’est pas allé avec le dos de la cuillère : « l’accès est vraiment très difficile actuellement. La pluie a complètement défoncé la route. Et j’avoue que vous, vous avez eu de la chance aujourd’hui parce qu’il n’y a pas eu de pluie. Les véhicules et même les motos s’embourbent. Par endroits aussi, c’est vraiment très glissant. A cela s’ajoutent les nids de poule et les énormes flaques d’eau.’’

Face à cette situation déplorable, des mesures sont en train d’être prises par l’autorité communale afin de réparer cette bretelle pour une meilleure circulation avant le mois d’août sous peine de voir cette localité coupée du reste de la préfecture.

« Avec toutes ces difficultés qu’on a enregistrées et qui d’ailleurs continuent de plus belle, les autorités locales, sur l’initiative de notre maire, sont partis faire l’état des lieux. Le travail à faire a été partagé entre les districts. On a fait appel aussi au syndicat des transporteurs pour nous appuyer. Tout est mis aujourd’hui en place pour la réfection de la route. Il reste maintenant à décider à quand le démarrage des travaux « , a expliqué Elhadj Kandé Nimaga, le président de district du centre.

Faut-il aussi rappeler que l’axe Thianguel Bori-Komba, long aussi d’environ vingt kilomètres sur la nationale Labé-Koundara, la seule partie non encore bitumée, présente des risques en cette période des grandes pluies pour tous les usagers.