Lélouma: quand la gent féminine change de garde-robes pendant ce Ramadan

mai 21, 2018 2:48
0

Depuis l’entame de ce mois de pénitence et contrairement aux mois précédents, nombreuses sont des jeunes filles et dames qui ont  soigné leur façon de s’habiller. Elles portent désormais des habits plus décents, plus appropriés et dignes de bonnes musulmanes. Ces habits remplacent les collants, les body, les mini-jupes et les  DVD entendez par là les Dos et Vendre Dehors qui font penser à des défilés de mode ou à des plages

« L’islam recommande aux fidèles des habits décents. C’est pourquoi la façon de s’habiller est très importante. En principe, les femmes doivent s’habiller de manière à ne pas exhiber leur corps. Elles doivent porter des habits complets et de façon la plus décente. Comme vous le constatez, le Ramadan vient vraiment à point nommé pour nous interpeller tous sur nos façons de nous comporter et d’agir. Nombreux sont ces personnes en général et plus particulièrement les femmes qui ont soigné la façon de s’habiller. Ce sont des habits complets avec des châles ou des voiles que les femmes portent actuellement. C’est très beau et très appréciable », se réjouit un religieux sous couvert d’anonymat.

Plus de coiffure extravagante avec des mèches. Pas de rouge à lèvres et de maquillage. Certaines n’utilisent plus les crèmes corporelles. Elles ont opté pour la propreté et la sainteté.

«Je pense que les mèches ne riment pas avec le Ramadan. Moi, je n’utilise pas de crème corporelle tout simplement parce qu’avec les ablutions c’est gênant. Et je ne pense pas que c’est recommandé. Il faut que je sois naturelle…», explique une jeune dame sous son voile.

Le constat est le même chez les hommes et particulièrement chez les jeunes. Les pantalons ne sont plus noués au niveau des cuisses. Les coiffures extravagantes ont laissé la place à des cheveux bien coupés ou encore coiffés des bonnets avec le plus souvent un habillement soigné.

«Ce mois est unique. C’est l’occasion parfaite pour se réconcilier avec le bon Dieu après onze mois de libertinage ou de délire », explique un lycéen rencontré de passage.

 Si cela pouvait continuer, ce serait bon pour les fidèles pour se remettre en cause et aussi retrouver notre culture d’antan. Ça pourrait freiner l’allure de l’aliénation culturelle ou encore le déracinement.