Lélouma: sans assistance de l’Etat, des citoyens réalisent un pont pour désenclaver trois préfectures

mars 29, 2019 12:21

Œuvre de bonne collaboration entre les communautés de Lélouma, Pita et Labé, la réalisation de ce pont d’environ une quarantaine de mètres situé sur le fleuve la Saala, vient désenclaver ces localités situées sur un axe stratégique. A cheval entre ces trois préfectures, l’ouvragee financé jusque-là par les communautés locales avec l’appui des ressortissants, est entrée récemment  dans sa phase finale avec le coulage de la dalle.

Cette activité avait mobilisé entre autres les autorités locales, les sages et de nombreux volontaires qui ont effectué le déplacement pour donner leur coup de main. Le sous-préfet de Timbi-Madina, localité relevant de la préfecture de Pita, s’est réjoui de l’initiative ainsi que de l’état d’avancement des travaux.

« Nous sommes là aujourd’hui à Saala pour féliciter et encourager nos braves citoyens pour leurs efforts dans la construction de ce pont. Aujourd’hui, la dalle est en train d’être coulée. On ne peut que nous en réjouir. Nous nous en félicitons que les citoyens sachent vraiment c’est quoi la décentralisation. L’État ne peut pas tout faire. C’est une très grande satisfaction pour moi », explique Amadou Pâté Diallo.

Sur la même logique, le président du district de Dampo se dit aussi très ravi de l’avancée des travaux de ce projet auquel il ne croyait pas au début.  « C’est un projet auquel je ne croyais même pas réalisable lorsqu’on me l’avait annoncé au début. Mais Dieu est grand. Aujourd’hui, ce rêve longtemps nourri est en train de se concrétiser. C’est donc un réel plaisir pour moi. Cela prouve à suffisance que lorsqu’on veut, on peut. Avec l’union, c’est possible. Je demande à tout le monde de prendre courage et de continuer dans ce sens », a souligné Elhadj Mouctar Diallo.

Quant aux jeunes initiateurs du projet, la joie est immense et les défis encore énormes. Mouctar Bondeko Diallo, la pelle en mains, a déclaré : « je suis soulagé et impressionné par la motivation et la forte mobilisation de tout  ce beau monde. Cela nous réconforte à plus d’un titre et nous donne envie de redoubler les efforts pour aller de l’avant. Chacun ici, comme vous pouvez le constater, a contribué à sa manière. Certains par des moyens financiers, d’autres encore par la force physique ».

Sur la même longueur d’onde, Diallo Alpha Oumar, le responsable de l’association des jeunes au moment de l’entame des activités, a soutenu que : « c’est un projet qui nous tenait vraiment à cœur. Ce projet, aujourd’hui, est en voie de concrétisation avec les efforts des uns et des autres. Nous allons continuer jusqu’au bout. Après l’étape d’aujourd’hui, il ne nous restera plus qu’à procéder aux remblais. On prie le bon Dieu que ça finisse avant les grandes pluies ».

Pour rappel, les travaux de ce pont ont été lancés il y a à peu près trois ans avec des équipements très rudimentaires.  Ainsi, ce projet est un bel exemple à suivre pour le développement des communautés à la base pour leur désenclavement.