Lélouma : trois enseignants condamnés à un an avec sursis pour « faux en écriture publique et authentique »

0
580

C’est en tout sept dossiers qui étaient inscrits au rôle aujourd’hui jeudi 14 mai dans la salle d’audience du palais de la justice de paix de Lélouma. Ces dossiers portaient entre autre sur des plaintes pour vol de bétail, de moto ou encore sur coups et blessures volontaires et attroupements interdits sur la voie publique.

Le premier dossier met en cause Boubacar Camara et El hadj Abdourahamane Diallo. Deux jeunes hommes poursuivis pour « vol de bétail » courant 2020 dans la localité de Thiaguel Bori.

Après les débats, le tribunal, statuant publiquement renvoie Elhadj Abdourahamane Diallo et Boubacar Camara des fins de la poursuite en application des articles 544 du code pénal.

Dans le deuxième dossier, le mis en cause Mamadou Dian Sylla, résident à la commune urbaine est poursuivi pour vol de moto. Il reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Ce récidiviste écope, lui, de « 6 mois de prison ferme et au payement d’une amende de 500 000GNF. »

Alpha Oumar Sidibé et Mamadou Benté Camara sont mis en cause dans le troisième et quatrième dossier. Le premier est poursuivi pour avoir proféré des propos menaçants en vers un agent de sécurité.

Le seconde, Mamadou Benté résident à Niegueré, localité relevant de la sous-préfecture de Korbé, lui est poursuivi pour « actes de destructions d’édifice public ».

Les deux intéressés ont nié en bloc les faits qui leur sont reprochés. Le tribunal a renvoyé les deux dossiers pour la semaine prochaine.

Le cinquième dossier concerne Younoussa Diallo, poursuivi pour des « faits de coups et blessures et attroupement illégal sur la voie publique » à Thiaguel Bori le 22 décembre dernier.

Après les débats, le tribunal, statuant publiquement a reconnu Younoussa suffisamment coupable des « faits des coups et blessures et violences volontaires et attroupement illégal ». Pour la répression, lui condamne à un assorti de sursis et au versement de 500 000GNF d’amende.

Sur l’action civile, condamne en outre Younoussa Diallo à payer la somme de 3 millions de francs au profit de la victime.

Le dernier dossier est celui de trois enseignants tous, en service dans la sous-préfecture de Thiaguel Bori au moment des faits. Amadou Saliou Barry, Mamadou Bhoye Diallo et Diao Sall sont poursuivis par le ministère public pour « faux et usage de faux, confection frauduleuse d’acte de naissance ».

Le tribunal, après les débats, a reconnu Amadou Saliou Diallo, Mamadou Bhoye Diallo et Diao Sall suffisamment coupables de « faux en écriture publique et authentique ». Du coup, ils écopent d’un an assorti de sursis et au versement d’une somme de 500 000 GNF chacun.