Lélouma : un policier et un président de district condamnés par la justice de paix

0
425

Ce lundi 16 mars 2020, se sont tenues des audiences correctionnelles dans la salle du palais de justice de paix de Lélouma. Trois dossiers étaient inscrits au rôle.

Le premier cas concerne Amadou Kouyaté agent de l’Office guinéen du bois. Ce récidiviste avait été condamné à 8 mois dont 6 assortis de sursis le 04 mars dernier pour détention et consommation de chanvre indien. Il devra aussi faire face à une amende de 300 000GNF.

Le second cas met en cause Boubacar Diallo, policier en service à Lélouma et natif de la localité. Le tribunal statuant, a requalifié les infractions des coups et blessures volontaires initialement prévus en violences. Boubacar Diallo est reconnu coupable des liens de la culpabilité pour délit de violences. Ce policier écope quant à lui de (5) mois de prison ferme et au payement d’une amende d’un million.

Sur l’action civile recèle de la partie civile.

Le troisième et dernier cas au rôle met en cause (6) personnes dont un président de district dans une affaire de vol de bétail au cours de l’année 2020 dans le district de Lonna.

Après les débats, le tribunal après un délibéré sur l’action publique, déclare:

Thierno Sadou Diallo, âgé de 40 ans ; cultivateur résidant à Lonna suffisamment coupable et convaincu des faits de vol de bétail.

Par conséquent il écope de (6) mois d’emprisonnement dont (4) mois assortis de sursis et une amende de 500 000 GNF.

Amadou Korka Kanté suffisamment coupable et convaincu des faits de recèle.

Ce vendeur de bétail de 42 ans né à Diountou et père de 17 enfants quant à lui, écope de (6) mois de prison ferme et une amende d’un million.

Quant à Hassimiou Kanté, président du district de Lonna et Samba Diouldé Diallo, ils sont reconnus pour des faits de complicité de vol de bétail. Les deux prévenus écopent chacun à (6) mois d’emprisonnement dont (4) mois assortis de sursis et une amende de 500 000 chacun.

Sâa Kambi camara et Amadou Oury Camara ont été renvoyé aux fins de la poursuite pour délits non imputables.

Le tribunal ordonne également le dépôt immédiat du prix de la vente de l’animal soustrait.