Lélouma:trois ans après l’ouverture de la bibliothèque de Korbé, les élèves toujours aux abonnés absents

0
1815

Située à environ sept kilomètres du centre-ville de Lélouma, cette localité est dotée d’une bibliothèque qui compte parmi les plus fournies en documents dans toute la zone. Malheureusement, son taux de fréquentation reste toujours faible.

Initié par la communauté et financé par les ressortissants de Korbé, cette bibliothèque, certainement la plus importante de la préfecture, a été implantée en 2015. Elle compte plus de six mille livres. L’objectif pour lequel elle a été ouverte, visait à doter de manuels scolaires les élèves de ladite localité qui en manquaient cruellement.

«Nous sommes partis du constat que nos élèves manquaient de livres dans les écoles. Trois ou deux élèves se partageaient un livre et parfois ces élèves n’habitaient pas ensemble. Nous avons contacté les directeurs et nous avons recensé les livres selon les besoins et on a fait appel aux ressortissants qui nous ont favorablement répondus. D’où l’implantation de cette bibliothèque», a expliqué Amadou Sadio Diallo, natif de Korbé et gestionnaire de la bibliothèque.

Revenant sur la gestion et l’affluence des élèves et professeurs au niveau de ce point de lecture, M Diallo a fait remarquer que le taux de fréquentation n’est pas élevé bien que les services soient gratuits.

«Ça marche petit à petit. C’est quelque chose que beaucoup d’entre nous ignorait. Maintenant, ça commence à aller. Les élèves viennent peu à peu et nous multiplions les sensibilisations dans les différentes écoles afin que ces enfants sachent réellement l’importance de cette bibliothèque et surtout l’importance de la lecture pour leur formation. En plus, le service est gratuit. Il suffit juste de venir se faire inscrire et on a accès aux documents », ajoute Amadou Sadio Diallo.

Binta Diallo de son nom guinéen, est une volontaire du Corps de la Paix. Elle appui les bibliothécaires et multiplient les sensibilisations pour l’adhésion des populations locale, en général et particulièrement des élèves à la bibliothèque.

«C’est plus facile pour les gens d’apprendre et de comprendre s’il y a des documents. C’est pourquoi la bibliothèque est très importante. Je suis arrivée ici en octobre 2016. A mon arrivée, la bibliothèque était déjà en place, mais elle ne fonctionnait pas très bien. Il n’y avait pas d’agenda fixe. Les livres aussi n’étaient pas bien organisés. J’ai commencé par classifier les livres par sujet, ensuite nous avons confectionné des étagères pour avoir beaucoup plus d’espace. J’ai travaillé avec la communauté pour avoir des bibliothécaires qui peuvent venir deux à quatre fois par semaine pour que la bibliothèque soit ouverte pour les élèves et la communauté. Les élèves et les professeurs commencent progressivement à s’y intéresser», a expliqué cette volontaire américaine du nom de Binta Diallo.

Faut- il rappeler qu’aujourd’hui, cette bibliothèque est gérée volontairement par deux autres jeunes dames. Elle est ouverte une heure par jour pendant quatre jours durant la semaine.