Lenteur dans les travaux de l’axe Lola-Danané: un ingénieur de Henan Chine donne les raisons

mai 16, 2019 12:27

Les travaux de construction de la route inter régionale Lola (Guinée) – Danané (Côte d’Ivoire), longue de 39,75 km, ont pris assez de retard alors qu’ils ont démarré depuis le 25 octobre 2017. La fin du délai contractuel est initialement fixée au mois de juin prochain alors qu’il reste beaucoup à faire. L’entreprise chinoise HENAN Chine, chargée des travaux, est à 60% d’exécution.

Moustapha Sangaré, ingénieur des travaux publics de l’État, chef de la mission de contrôle, explique le niveau d’exécution : « depuis le 25 octobre 2017, le chantier a véritablement progressé. A ce jour, environs 60% des travaux pour un délai exécuté de 90%. Nous sommes à la dernière phase de la route, c’est-à-dire la couche de base qui est la derrière couche plus le revêtement. Donc, à ce jour, nous avons exécuté environ 23 km au niveau de la couche de base, en grave-concasseuses 0315 et aujourd’hui, nous avons fait la planche d’essai pour le bitume et le revêtement continuera bientôt. »

 Vingt mois, c’est le délai contractuel des travaux. M. Sangaré avance les raisons du retard accusé: « il y a du retard, mais ce retard a une explication. Première explication, vous avez vu que l’emprise de la route n’a pas été libérée. À ce jour, celle-ci n’a pas encore été libérée qu’à 90%. Ensuite, il y a une autre cause, celle liée au démarrage du projet. Il y a une ONG qui a porté plainte au niveau de la BAD par rapport au tracé dans les zones des bambous. Nous avons dû batailler une année pratiquement pour trouver un tracé optimal satisfaisant toutes les parties. Voici en gros les problèmes qui ont provoqué ce retardé. Et vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes dans une zone où il pleut énormément. »

La libération de l’emprise ne pourrait être effective que quand les citoyens à déguerpir seront indemnisés. Cela n’est pas encore fait, en totalité.

Mais, souligne Moustpha Sangaré, les gens ont été recensés et ils attendent d’être payés pour pouvoir libérer. ‘’Il faut qu’on paye les gens avant que l’entreprise ne vienne pour le travail. Le financement n’est pas arrivé. Le processus entre la BAD et le maître d’ouvrage obéit à un certain nombre de dispositions, de protocoles qui sont en cours…’’, a-t-il fait savoir.

 Pour Moustapha Naïté, il faut passer par la sensibilisation des riverains afin qu’ils libèrent les lieux et a promis qu’ils seront indemnisés comme cela se doit : « il y a par endroits des riverains qui ne sont pas encore été indemnisés. Nous sommes dans la sensibilisation avec les élus locaux. Nous sommes passés par le réaménagement du projet pour voir comment prendre en compte les indemnisations sur ce tronçon. Mais je puis vous rassurer d’une chose, c’est que nous sommes là-dessus avec la population. Nous ferons tout pour que nous restions dans le délai contractuel. […] Nous sommes là-dessus et nous allons davantage sensibiliser la population et c’est ce qui est en cours. Les indemnisations des populations riveraines seront effectivement prises en charge. »

En attendant que cette situation ne soit complètement réglée, l’entreprise travaille sur des endroits non occupés pour gagner en temps. « On saute des agglomérations partout où il y a des difficultés pour l’instant pour aller travailler où il n’y a pas de problème », a expliqué le ministre des Travaux Publics.