Les avocats du FNDC au procureur : « Les partisans du Oui devraient être là… » 

0
160

Cinq ans d’emprisonnement requis contre sept de leurs huit clients, les avocats des membres du Front National de Défense de la Constitution se sont succédé à la barre pour  » démonter » les arguments du procureur Sidy Souleymane N’Diaye et demander la relaxe pure et simple de leurs clients.

Me Pépé Antoine Lama a ouvert la balle. Dans sa plaidoirie, il a dénoncé  » un dossier monté de toute pièce. » Pour lui, on veut inverser la pyramide en envoyant les innocents en prison contre la liberté des pyromanes.  » Ceux qui veulent changer la constitution sont ceux-là qui devraient intéresser le ministère public. Ce sont ceux-là qui veulent saper la paix « , a-t-il dit.  » Ce dossier est vide, il fait la honte à la justice « , a dit l’avocat qui a demandé la relaxe pure et simple de leurs clients.

À la suite de Me. Lama, l’élève-avocat français Louis Weinling a basé sa plaidoirie sur la préservation de la liberté publique. Pour lui, la liberté d’association, la dignité, la liberté d’opinion, la liberté de se réunir… ont été balayé d’un revers de main par le ministère public.

Dans son réquisitoire, le ministère public a fustigé  » les mots à haut risque  » employés par les membres du FNDC dans leur déclaration. En riposte, Me Halimatou Camara a dit qu’on devrait plutôt parler de  » maux à haut risque « . Et, selon elle, les  » maux à haut risque  » c’est empêcher les citoyens d’exprimer leur droit.  » Ce sont ces maux qu’on doit combattre jusqu’au bout… Aucune situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier la violation des droits humains « , a dit l’avocate.

Pour sa part, Me Mickael Diakité dira que le  » parquet de Dixinn est le parquet du troisième mandat « .

 » Défendre la constitution par un appel à la mobilisation des citoyens de l’intérieur et de l’extérieur ne saurait être une manoeuvre ou acte de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles à l’ordre public.  Les partisans du oui qui organisent des manifestations en Guinée et à l’extérieur, devraient être poursuivis. Pourquoi il y a seulement les partisans du Non ici ? C’est parce que le procureur ne poursuit que les faibles et les opprimés « , a dit l’avocat.

Me Bea a indiqué que le seul crime d’Abdoulaye Oumou Sow, blogueur, a été de se rendre chez Sano. Sinon, a-t-il dit, il est loin de la déclaration.

 » Vous avez mon admiration, vous avez mon soutien, parce que vous n’êtes pas des délinquants. Les délinquants sont ailleurs « , dira pour sa part Me Mohamed Traoré.   » Avant, pour maintenir la dictature, on s’appuyait sur les hommes en uniforme. Aujourd’hui, il y a une manière insidieuse… On s’appuie sur l’appareil judiciaire « , a dit l’avocat en justifiant la formation du collectif des avocats qui défendent les membres du FNDC.