Les opérations de paie des primes d’encouragement aux enseignants suppléants démarrent à Conakry

janvier 3, 2019 3:48

Les opérations de paie de primes d’encouragement des enseignants suppléants ont démarré ce jeudi 3 janvier 2019 à Conakry. Partagés entre la joie et la motivation, les premiers bénéficiaires s’engagent à poursuivre le travail.

C’est le cas de l’institutrice Hana Krama de l’école primaire de Kassa : « Je suis très heureuse d’avoir ma prime d’encouragement. Je remercie au fond du cœur, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, le DCE (directeur communal de l’Education) de Kaloum ainsi que mon directeur de l’école. J’exprime ma motivation et tout mon engagement à poursuivre ce noble métier que j’ai beaucoup aimé».

Quels sont les critères de payement de primes d’encouragement, Alhassane Sylla, l’inspecteur des Finances et également chef de mission d’opération de paie pour la commune de Kaloum précise :

«La paie des primes d’encouragement a effectivement débuté à Conakry. Sur instruction du ministre de l’Economie et des Finances, l’opération se déroulera conformément au communiqué du gouvernement. Alors, pour bénéficier cette prime d’encouragement, l’enseignant suppléant doit obligatoirement se présenter avec son cahier de préparation visé par son chef d’établissement,  la note de services, le cahier de présence, la carte d’identité nationale,  son emploi du temps et son certificat de prise de services. Pour la commune de Kaloum, ils sont environ 133 enseignants suppléants».

Pour Mory Traoré, enseignant suppléant chargé des cours d’Histoire au collège de Coléah, dans la commune Matam, c’est un ouf de soulagement.   « C’est un réel plaisir pour moi d’obtenir ma prime d’encouragement. Pendant deux ou trois mois, nous donnons les cours, les frais de transports, de manger et d’habillement  étaient pris en charge par les parents. Mais, aujourd’hui Dieu merci parce que l’Etat a pensé à nous. C’est un véritable ouf de soulagement. Nous, nous sommes dit que ce sont nos enfants qui sont à l’école et qu’ils ne méritent pas un abandon. Nous souhaitons être embauchés à la fonction publique.  Nous sommes engagés à répondre à la demande de l’Etat en matière de l’éducation », a-t-il expliqué.

Pour sa part, Abdoulaye Cissé, un inspecteur des finances en service au ministère de l’Economie et des Finances, affirme que c’est une mission composée de plusieurs départements ministériels qui procède à la paie des primes des enseignants suppléants.

 « Il s’agit des ministères de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, de l’Economie & des Finances  ainsi que du Budget. Chacun en ce qui le concerne, s’occupe de la vérification pour s’assurer que l’argent ne soit payé qu’à ceux qui ont effectivement donné les cours dans les écoles », a-t-il précisé.

Faut-il  par ailleurs  rappeler que le gouvernement a précisé dans son communiqué que cette prime d’encouragement et d’accompagnement ne concerne que les enseignants suppléants en attendant leur engagement comme contractuels d’Etat après leur évaluation.