Les ressources humaines, sources de performance pour le Consortium SMB-Winning

0
848

Parfois perçues à tort comme une fonction support, les départements Ressources Humaines (RH) sont de plus en plus considérés comme au cœur des enjeux stratégiques des entreprises. La performance RH – qui se base sur différents éléments comme l’engagement et la motivation des collaborateurs, la mobilisation des compétences – est un élément clé de la performance générale de l’entreprise.

Pour Fadi Wazni, Président du Conseil d’Administration de la SMB : « Nous avons toujours accordé une importance particulière aux recrutements et au suivi de nos salariés. Nous sommes conscients que les ressources humaines constituent en réalité un véritable capital humain qu’il faut valoriser pour servir la performance de l’entreprise. Sans un véritable pacte social respectueux des employés du Consortium, notre réussite n’aurait pas été possible ».

Dans cette optique, la principale entreprise minière de Guinée, la Société Minière de Boké (SMB), a mis en œuvre un ensemble de politiques qui visent à faire du capital humain une véritable source de performance dans ses opérations minières. Il s’agit alors de créer les conditions favorables à l’épanouissement des collaborateurs, la valorisation de leurs compétences et leur évolution au sein la société.

Tout d’abord, la SMB tient à privilégier l’emploi local dans ses recrutements. Ainsi, parmi les 10 000 employés de la société, 95% sont Guinéens. Ce pourcentage important se traduit automatiquement par une importante montée en compétences des Guinéens employés par le Consortium, notamment à des postes de cadre où d’importantes compétences techniques sont requises. Ce chiffre ne correspond d’ailleurs qu’aux emplois directs : n’oublions pas qu’il existe plus d’une dizaine de milliers d’emplois indirects qui sont créés par l’exploitation minière à Boké, dont de nombreuses entreprises locales bénéficient en travaillant en tant que prestataires du Consortium.

Surtout, la SMB s’attache à faire bénéficier la jeunesse de sa présence. Alors qu’en 2030, les moins de 30 ans représenteront 70% de la population guinéenne, la SMB fait confiance aux jeunes talents guinéens. Ainsi, la société n’hésite pas à accueillir de nombreux étudiants en stage, notamment les géologues et les ingénieurs de l’Institut Supérieur des Mines et de Géologie de Boké. En parallèle, la Fondation SMB-Winning organise de nombreuses activités sportives avec les jeunes de Boké, dont un semi-marathon qui a réuni cette année plus de 500 participants, un tournoi annuel de football…

La SMB est également très attentive à la formation des jeunes : conformément au code minier, la société est partenaire de l’office national de la formation et de perfectionnement professionnel (ONFPP), établissement public dont le but est de mettre en place des programmes de formation destinés aux jeunes guinéens. Dans une récente interview, Lucien Bendou GUILAO, Directeur Général de l’ONFPP, explique : « La Société Minière de Boké est une société partenaire de l’ONFPP, à jour de ses cotisations et qui ne bénéficie d’aucune exonération de la contribution à la formation professionnelle. […] La SMB est une société responsable. C’est une société qui n’a pas de convention spéciale. […] [Elle] suit les recommandations du code minier ». En ce sens, la SMB est une entreprise citoyenne, ne cherchant pas à se soustraire des dispositions du code minier.

Le Consortium mise également sur son pluralisme culturel, en faisant de cette diversité un atout compétitif. Des équipes multiculturelles – composées ici de Guinéens, de Chinois, de Singapouriens, de Libanais, de Marocains, de Français – sont plus efficaces en raison de la diversité des apports et des points de vue pour rechercher la performance.  Dans ce cadre, la SMB donne une place de choix à la formation à l’étranger sur les plans techniques et linguistiques. Par exemple, l’an dernier, la SMB a lancé un vaste programme de formation linguistique : pendant deux semaines, 35 employés du Consortium ont été formés sur la langue et la culture chinoise à Pékin. Le partage d’expériences sur place a été très bénéfique pour les travailleurs guinéens, autant pour leur épanouissement personnel que pour améliorer la communication et les relations avec leurs homologues chinois. La prochaine étape annoncée par la SMB est la construction d’une École pour l’apprentissage de la langue et de la culture chinoise en Guinée, tandis que plusieurs salariés chinois apprennent également le français.

Conscients que l’industrie minière est loin d’être la plus féminisée, Fadi Wazni et la direction de la SMB ont mis en place des politiques en faveur de l’égalité femme-homme dans le recrutement et cherchent à maximiser la parité aux différents postes qualifiés et non-qualifiés. En parallèle, sur l’initiative de Frédéric Bouzigues, Directeur Général de la SMB et Secrétaire Général de la Fondation, cette dernière a lancé le projet « Foot for Change », un programme sur un format sport-études tournée vers le football féminin guinéen. Composée uniquement de jeunes filles, l’association vise à promouvoir la pratique sportive et l’excellence scolaire pour contribuer à l’égalité des chances et à la promotion féminine en Guinée.

Si la SMB est devenue l’entreprise minière la plus célèbre de Guinée, c’est grâce aux femmes et aux hommes qu’elle a su valoriser et faire monter en compétence, permettant ainsi le succès de cette aventure collective.