L’hôpital Jean-Paul II transformé en une salle de banquet pour les mariages

juin 26, 2018 3:41
0

Les malades, les riverains de l’hôpital Jean-Paul II passent des moments difficiles chaque week-end. Et pour cause. Cet établissement social construit pour les malades est aujourd’hui devenu le lieu privilégié pour la célébration des mariages. Chaque semaine on y célèbre trois à quatre cérémonies de mariage. Ainsi, les malades, même ceux qui sont dans le coma dans la salle de réanimation sont secoués par ces bruits infernaux. Comme devant la porte de l’enfer, ces malades n’arrivent pas à fermer l’œil…

Interrogé par nos confrères de la Radio Espace, le Directeur Général Adjoint, Soriba Soumah, a tenté d’apporter des explications en soutenant que l’hôpital Jean-Paul II, ne relève pas du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. Selon lui, c’est un Centre de Formation Sociale Appliquée à plusieurs sections qui dépend du ministère des Actions Sociales. Pour cela, doit-on y célébrer les mariages avec tous les tintamarres ? Le DGA apprend aux auditeurs que les dispositions de Jean-Paul II prévoient une maternelle avec une salle aménagée pour le réfectoire, les Kermesses et autres cérémonies scolaires. C’est donc cette salle qui est souvent louée pour les cérémonies de mariages, en précisant que cette salle est insonorisée, donc impossible d’importuner les malades.

Pourquoi forcément ce lieu censé abrité les malades, les handicapés et les enfants ? A cette question, Soriba Soumah reste dubitatif et rejette tout sur l’agent comptable du Centre et la Directrice. Comme quoi, quand il a été contacté la semaine dernière par le futur marié sur la location de la salle qui sert du réfectoire pour la maternelle, il a demandé à ce dernier de prendre attache avec l’agent comptable. Celui-ci à son tour, après sa rencontre avec le futur marié, l’organisateur principal de la cérémonie, a remonté l’information à la directrice. A combien s’élève le montant de la location de la salle ? Le DGA, renvoie nos confrères aux services financiers du Centre Jean-Paul II en insistant toutefois que le jour du mariage il n’était pas à Conakry. Mais plutôt à Fria.

Reconnait-il sa responsabilité dans ce « trafic immoral, inhumain » et honteux » qui se pratique dans les installations de l’hôpital Jean-Paul II ? Oui. Avec honnêteté, le DGA se dit responsable pour de ce cas précis, mais il demande aux journalistes de recouper l’information, rencontrer les responsables mis en cause et se rendre sur les lieux avant de diffuser « quoi que ce soit ». Il invite par conséquent nos confrères de la Radio Espace à l’hôpital Jean-Paul II pour voir la position de la salle où les mariages sont célébrés et la salle de réanimation où sont hospitalisés les malades dans le coma.

Aux dernières nouvelles, la ministre de l’action sociale Diaby Mariama Sylla a pris une décision suspendant de ses fonctions le chef comptable de l’hôpital Mory Oularé qui avait cautionné l’organisation de cette cérémonie festive et bruyante.