Liberté de la presse: Martine Condé condamne les menaces proférées contre les journalistes

0
370

La Guinée est confrontée depuis quelques semaines à une dégradation inquiétante de son climat sociopolitique. La tension est très vive dans la cité avec des messages caustiques véhiculés par les uns et les autres notamment les leaders politiques. Dans cette triste réalité, les journalistes qui sont chargés de véhiculer les messages sont souvent  victimes de menaces et certains même taxés de partisans.

Ainsi, ce jeudi, Martine Condé, la présidente de la haute autorité de la communication (HAC) n’a pas manqué de fustiger cette attitude de certains citoyens envers les hommes de médias.

Elle a, par la même occasion, rappelé les voies légales à entreprendre contre les journalistes en cas de dérapage de la part de ces derniers.  C’était au cours d’une rencontre que son institution a eu avec les représentants des partis politiques et de la société civile.

Lisez plutôt cet extrait de son discours

« Nous avons constaté ces derniers temps que certains journalistes font l’objet de menaces, d’agressions verbales et même de chantage. Cela ne se doit pas. Les médias ont un rôle essentiel dans notre démocratie en construction… Il faut que les uns et les autres  acceptent le fait que les journalistes critiquent, dénoncent et tendent leur micro à ceux qui ont d’autres points de vue. Ils doivent le faire de manière professionnelle et responsable et dans le respect des lois et règlements en vigueur.  La liberté de la presse est une réalité dans notre pays.

En conséquence, le fonctionnement des médias doit se faire sans pression et sans menace aucune. Tous ceux qui ont des griefs contre les journalistes ou les médias, doivent saisir soit la justice, soit la Haute Autorité de la communication », a fait savoir la présidente de la HAC.