Linsan : l’arrestation musclée d’un conducteur récalcitrant de Taxi provoque des troubles

0
1282

La sous-préfecture de Linsan, à cheval entre Kindia et Mamou, était en ébullition ce jeudi 25 juin 2020 suite à l’interpellation par des gendarmes de la Compagnie mobile de sécurité routière de la localité d’un conducteur récalcitrant de taxi. En provenance de Mamou, celui-ci aurait refusé de se soumettre au contrôle sanitaire effectué au checkpoint installé à la rentré pont sur le fleuve Konkouré, a-t-on appris.

Selon nos sources, tout a commencé au niveau du grand pont de Linsan lorsqu’un conducteur de taxi en provenance de Mamou a refusé de s’arrêter pour se soumettre au contrôle des gendarmes qui y étaient. Poursuivi, le chauffeur fut rattrapé dans le centre-ville de Linsan par ces agents qui ont tout suite commencé à le tabasser pour indiscipline. Une attitude de trop qu’il n’en fallait pas pour provoquer la colère des jeunes de cette localité. Ces derniers ont aussitôt pris la rue, empêchant la circulation. Puis éclatent des échauffourées entre eux et les forces de l’ordre.

Joint au téléphone par Guinéenews, le Vice-maire de Linsan, Ibrahima Sory Kaké, revient sur l’origine de ces incidents dans la matinée dans sa localité : « c’est aux environs de 10 heures que les agents de la gendarmerie routière ont poursuivi jusqu’ au centre-ville de Linsan un chauffeur de taxi en provenance de Mamou. Celui-ci a refusé de se soumettre au contrôle de routine. Une fois qu’ils l’eurent rattrapé, ils l’ont roué de coups. C’est ce qui mis les jeunes en colère qui ont aussitôt commencé à jeter des pierres aux gendarmes et cette échauffourée a créé la panique dans la ville. Mais nous avons réussi à maitriser ces jeunes manifestants. Au moment où je vous parle, le calme est revenu. »

Du côté de l’administration locale, le Sous-préfet Lansana Bangoura a renchérit en affirmant que le pire a pu être évité grâce aux efforts de tous dans la sensibilisation des jeunes frondeurs. Il a également confirmé le retour au calme ce soir après ces violents heurts.