Littérature : Après Tierno Monènèmbo, le Guinéen, Mambi Magassouba nominé au Prix Ahmadou Kourouma

0
2095

Initié par le Salon du livre et de la presse de Genève, le prestigieux Prix Ahmadou Kourouma connaitra la participation du jeune écrivain guinéen Mambi Magassouba au compte de l’édition 2020 de ce grand rendez-vous littéraire. L’annonce a été faite ce mercredi 15 juillet 2020, à la faveur d’un point de presse tenu au point de lecture du Jardin du 2 octobre, à Conakry.

« Tant d’errances ». C’est le titre du roman nominé à ce prestigieux prix. Son auteur dit l’avoir écrit sur une période qui a duré cinq ans. Dans cette œuvre littéraire qu’il qualifie d’épistolaire, Mambi Magassouba aborde beaucoup de thèmes qui se trouvent être centrés autour d’un seul thème : l’errance.

Mais il aborde principalement l’émigration. Puisque relatant l’histoire d’un groupe de jeunes qui décident de quitter leur pays pour l’étranger. Ils arrivent dans un premier temps en Algérie où ils seront confrontés au racisme. Ils parviendront à fuir ce pays pour rallier la France où ils essaient de faire les études supérieures. Là, ils s’aperçoivent que la société française, dans sa structure, n’est, quant à elle, pas raciste, mais elle est tout aussi excluante. Donc, après toutes ces années d’errances, ils finiront par retourner au pays et constateront que leur quartier fait désormais l’objet d’une exploitation minière dirigée par un consortium franco-algérien.

A travers ce livre, l’auteur dit vouloir dénoncer l’impossibilité de la jeunesse africaine de n’être nulle part. Ce, en partant d’un constat fait sur l’immigration et qui révèle que des jeunes sortent de leurs pays et ne parviennent pas à trouver la place ailleurs et, finalement, dans leurs propres pays, ils commencent à être dépossédés de façon subtile de tout ce qui leur appartient comme essentiel.

Outre le thème, il expose sur plusieurs autres problématiques qui n’ont pas forcément trait à l’immigration ou à l’exil. Le livre de 204 pages est édité par l’Harmattan Guinée dont le directeur général Sansy Kaba Diakité entend mener un battage médiatique dans les grands médias internationaux pour parler de cette œuvre.