Littérature : Un nouvel ouvrage sur l’histoire de Kindia

0
1526

Le paysage littéraire guinéen vient d’enregistrer une nouvelle dédicace de livre intitulé « Histoire du royaume de Kania, actuel Kindia ». C’était ce samedi 9 février 2020 à la Maison des écrivains de Guinée, sise à Taouyah, dans la commune de Ratoma.

Ledit ouvrage retrace l’histoire du royaume de Kania, devenu au fil du temps préfecture de Kindia. Un royaume alors constitué de quatre provinces, à savoir Wantamba Kiri (Kindia), Samoun Kiri (Samaya), Kélessi Kiri (Molota) et Magnéria Kiri (Friguiagbé) avec des structures organisationnelles bien hiérarchisées et qui n’avaient rien à envier aux royaumes d’autres horizons.

Au quatrième de page, l’auteur, Abdoulaye Salim Camara mentionne que ce royaume nouait des relations diplomatiques et amicales avec tous les peuples de la Guinée, depuis le Littoral jusqu’en Forêt, en passant par le Fouta et la Savane.

« Ce qui témoigne que le sens de l’unité, de la fraternité et de la solidarité a toujours prévalu dans les sociétés guinéennes », indique-t-il.

Aussi, le livre promène le lecteur dans les méandres de l’histoire du royaume de Kania avec ses dix rois en mettant en exergue deux grandes figures de la résistance guinéenne à la conquête coloniale, notamment Gali Manguè Sounkhori Modou Soumah et Thierno Aliou Ndiaye, dit Waliou de Gomba qui défendirent avec bravoure le Kania contre le système colonial jusqipu’au dernier souffle de leur vie.

Fruit d’une recherche de longue haleine entamée depuis décembre 2006, il a fallu attendre 13 ans pour que ce diplômé de l’université de Kankan puisse enfin réaliser ce rêve d’étudiant éveillé en lui par un octogénaire, au cours d’un voyage à Timbo.

Aux dires de l’auteur, l’histoire de Kania, de par sa richesse et sa diversité constitue un véritable réservoir de savoir pour tous les Guinéens. Il est réparti en cinq chapitres, dont le premier expose sur les mécanismes qui ont prévalu à la fondation du royaume de Kania qui a vu le jour en 1750 à Friguiagbé sous l’initiative de Manga Frigui Camara, alors que le deuxième parle de son organisation politico-administrative.