Loi de finances 2019 : commentaires et recommandations du député Michel Kamano

décembre 28, 2018 12:45

Contrairement aux libéraux-démocrates qui ont réservé un vote négatif à la loi de finances initiales 2019 votée le 26 décembre par le parlement, au sortir de la salle, Guinéenews© a interrogé Michel Kamano, président de la Commission économie finances de l’Assemblée nationale, pour connaître sa lecture. Là-dessus, il estime que le gouvernement a maintenu ses engagements vis-à-vis des populations et des partenaires au développement.

« Globalement, on peut retenir qu’en dépit des difficultés, de la crise à la fois économique, sociale et politique surtout, le gouvernement a maintenu ses engagements vis-à-vis des populations et de nos partenaires au développement en maintenant les équilibres macroéconomiques et financiers tels qu’il les ont négociés avec nos partenaires de Breton Wood qui, somme toute, ne sont ni de l’opposition ni de la majorité, mais qui évaluent les performances de tous les gouvernements de la même façon, avec la même objectivité et avec la même rigueurs. Donc, quand on obtient un satisfécit de ces partenaires, obligatoirement et objectivement, on soutient son gouvernement pour lui demander bien évidemment aussi de faire mieux », s’est réjoui le président de la Commission économie finances.

Des recommandations ont été faites, a-t-il mentionné, pour améliorer d’une part les recettes et d’autre part qualifier la dépense pour que les résultats soient les meilleurs, que la Guinée ait beaucoup plus d’écoles, de postes de santé et des meilleures routes et que des conditions favorables à l’investissement privé dans le pays soient créées. « Il faut que ces investissements créent des revenus, distribuent beaucoup plus de ressources et que le bien-être de la population, globalement, s’améliore d’année en année », souhaite l’ancien ministre.

Parlant du volet recettes, Michel Kamano a fait savoir qu’il y a des structures qui brassent beaucoup de ressources publiques, mais qui sont gardées par devers ces structures. A cet effet, a-t-il indiqué, les députés ont recommandé que toutes ces ressources, si elles sont publiques soient constatées sur les comptes du Trésor, même s’il faut les réallouer à ces structures qui les brassent.

En ce qui concerne les dépenses, il souhaite qu’elles soient qualifiées, en augmentant les investissements et en réduisant le fonctionnement pour que la croissance soit soutenue par l’économie réelle.