Loi de Finances 2019 : Damaro réagit au vote négatif des Libéraux-Démocrates

décembre 27, 2018 12:40

Les députés du groupe parlementaire des libéraux-démocrates ont réservé ce mercredi 26 décembre, un vote négatif au volet budget du projet de loi de finances initiale 2019. Comme l’on pouvait s’y attendre, la réaction du député Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel, ne s’est pas fait attendre.

Dans son discours d’orientation de vote, Amadou Damaro Camaro a commencé par rappeler qu’un budget est comme « des bébés qui naissent chaque année avec des malformations congénitales ». Alors, dans une telle situation, Damaro s’interroge s’il faut jeter les (bébés) ou s’il faut les soigner ?

Poursuivant, le député de la majorité présidentielle a déclaré à l’endroit des députés du groupe parlementaire des libéraux démocrates : « Il est facile de dire là où on va c’est loin, mais si on revoit d’où nous venons, ce serait encore plus facile pour évaluer sa route. »

A l’image des présidents des groupes parlementaires des libéraux démocrates et de l’alliance républicaine, le président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle s’est, à son tour, exprimé sur la crise qui secoue le secteur éducatif depuis le déclenchement de la grève par le syndicat.

« Lors de la première session de cette législature, l’éducation avait un budget de 4,7 %. De 4,7 % à plus de 10 % en 6 ans, moins les deux ans de l’épidémie d’Ebola, est un progrès qu’il faut saluer », a fait remarquer le député.

S’adressant aux députés qui ont voté contre le volet dépenses du budget, Amadou Damaro Camaro, dans un ton ironique, a affirmé : « Vous demandez d’augmenter le salaire des enseignants, sur quel budget, celui que vous avez rejeté ? Et si nous faisons comme vous, sur quoi nous allons les payer ? »

Abordant la question de revendication des 8 millions réclamés par le SLECG (syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée) comme salaire de base, Amadou Damaro a mis au défi quiconque qui lui prouverait un salaire de base de 800 euros par enseignant. « Où est-ce qu’il y a un salaire de base de 8 millions pour les moniteurs, les instituteurs, professeurs de lycée et d’université dans la sous-région. Donnez-moi un exemple, il y en a pas », soutient Damaro. « On négocie le possible, on n’a jamais négocié l’impossible. Le salaire de 8 millions est impossible et est juste fantaisiste », réitère le député de la majorité présidentielle.

Concernant les élections législatives évoquées par les précédents orateurs de l’opposition, le député de la mouvance a déclaré sous les ovations des membres de son groupe parlementaire : « Nous, nous sommes prêts à aller aux élections à bonne date et à la date fixée par le code électoral. »

Revenant sur le vote du volet dépenses de la loi de finances initiale 2019, le président du groupe parlementaire rappelle : « Le législateur en Guinée connaissant la mauvaise foi qu’on a en politique et le populisme qui l’accompagne, a préféré faire adopter les budgets par une majorité simple au lieu d’une majorité qualifiée des deux tiers. Ceci dit, nous avons une majorité messieurs les ministres qui vous donnera votre budget nonobstant le populisme et la mauvaise foi de la gauche. Je vous demande donc chers amis de voter le budget 2019. »