Lola: comment la sous-préfecture de N’Zoo et d’autres édifices ont été pillés (témoignages)

octobre 18, 2018 12:40
0

L’installation des exécutifs communaux dans la commune rurale de N’Zoo (préfecture de Lola), mercredi 16 octobre, a été émaillée comme partout dans le pays, par des violences ayant causé des dégâts matériels importants, selon un habitant de la localité joint au téléphone par Guinéenews. (Photo-d’archives)

 Selon notre témoin, tout est parti de l’installation du maire Georges Traoré, candidat de l’Union des Forces Républicaines (UFR) dont le parti était en coalition avec le RPG face à Gbato Guêmou, candidat de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG) de feu Jean-Marie Doré.

En effet, selon les résultats des élections locales, l’UPG arrivait en tête avec 7 conseillers suivi du RPG avec 6 conseillers et l’UFR avec 3 conseillers. Sachant le deal entre les deux partis qui donnait d’office le candidat de l’UPG perdant, les responsables dudit parti ont refusé de prendre part au vote.

 «C’est alors que la délégation venue de Lola pour l’installation du maire a autorisé le vote. C’est au bloc administratif de la commune que la cérémonie d’installation du maire Georges Traoré a eu lieu. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour que les  conseillers et la délégation venus pour l’installation puissent quitter les lieux. Du coup, les militants de l’UPG ont pris d’assaut la rue. Ils sont allés vandalisés le bloc administratif dont une partie du mûr a été détruite, de même que le siège de la commune rurale où les portes ont été enlevées, des meubles de bureau saccagés. Ils ont voulu en faire autant à la maison des jeunes, mais ils n’ont pas pu. Ils sont allés au carrefour où ils ont mis de l’essence sur les portes avant de les brûler. Depuis ce matin, les forces de l’ordre procèdent à des arrestations. Même des mères de famille qui se sont levées pour protester contre ces arrestations ont été à leur tour mises aux arrêts avant d’être conduites à la gendarmerie où elles ont été mises au gnouf », a témoigné notre interlocuteur.