Lola: deux braconniers guinéens arrêtés par des agents ivoiriens, remis  aux autorités guinéennes

0
328

Deux  braconniers guinéens  arrêtés  dans la forêt de  la réserve de la biosphère  du mont Nimba par des conservateurs de la nature ivoiriens, lors d’une patrouille  de l’office ivoirien  des parcs et réserve de Danané, ont été  remis ce jeudi 05 décembre au responsable du centre de gestion des monts nimba et Simandou ( CEGENS)  à Gbapleu, un village frontalier ivoirien.

Interrogé  par Guinéenews sur le cas de ces deux braconniers, le directeur du CEGENS  a indiqué  que  les deux chasseurs viennent de Nyon, un village de la sous-préfecture  de Bossou situé au pied des monts Nimba.

« Ils ont été arrêtés dans la réserve de la biosphère du mont Nimba,  la partie qu’on appelle ‘’nimbawait’’ par les conservateurs de l’Oipr  de Danané,  et ils ont été mis à notre disposition à Gbapleu.  On les a transportés de Danané à Gbapleu, pour faire la remise,  lors d’une réunion de sensibilisation de la population », a-t-il précisé au micro de notre reporter.

Toujours sur le sort de ces braconniers, notre interlocuteur précise : « nous avons invité les villages riverains pour leur expliquer les dangers de la chasse dans la réserve de la biosphère du mont ‘’Nimba Wait’’. Lors de la sensibilisation, il y avait des gens de Gbapleu, Yalé et les villages voisins, des conservateurs de l’OIPR de Danané et de la Guinée y étaient présents également. »

Les deux braconniers seront traduits  en justice assure la partie guinéenne. Ayant été confiés aux services de l’Office de la police judiciaire (OPJ) de Lola.

Notre source révèle que les deux braconniers avaient reconnu leurs forfaitures lors de leur interpellation en  Côte d’ivoire.

Colonel Papa Condé rappelle que ‘’les réserves des biosphères  des monts Nimba  et le site du patrimoine mondial soit réservé depuis 1944. « C’est une réserve de l’état,  une réserve  classée  de l’état guinéen et il y a eu des appels  au niveau international, pour la classer comme étant une  réserve de la  biosphère. Des lieux que nous devons sauvegarder dans l’intérêt de tous », a-t-il confié à Guinéenews.

Rappelant aussi le cas  des forêts réserves naturelles  comme la forêt de Diécké, de Ziama,  du haut Niger,  du Badiar etc.… Des sites qui ont été classés depuis au temps colonial, selon lui.

Il s’agit de réserves génétiques qui permettent ‘’le développement  de la flore et de la faune  qui peuvent  servir  aujourd’hui et servir nos enfants et petits demain’’.

Pour éviter le braconnage dans cette réserve du Nimba, des initiatives ne faveurs des chasseurs existent.

 Togba Maomy, l’un des prévenus interpellés du côté ivoirien   et  son groupement  en sont pourtant des bénéficiaires de cette aide, à travers  un appui de  la société des mines de fer Guinée,  à travers le centre de gestion environnemental de mont Nimba.

Ils ont pu ainsi réaliser une porcherie et  d’un élevage  d’agoutis et des noyaux de ruminants dont des  chèvres et des moutons.

Malgré tout ça,  il s’entête pour aller  dans la réserve pour chasser et même dépasser la frontière guinéenne.

Aucun cadeau ne sera désormais aux braconniers, car les chefs d’états qui ont la charge de sauvegarder cette partie ont instruit  de   traquer tous les contrevenants  à la loi. Qu’ils soient Guinéens, Ivoiriens ou Libériens.