Lola: impuissant face à la reprise des cours, le représentant local du SLECG accuse les autorités

0
479

Le secrétaire général du SLECG de Lola accuse les autorités préfectorales de l’avoir arrêté. Libéré après quelques heures, il a porté plainte contre les autorités.

 Interrogé, Bèleu Loua dit avoir été interpelé pour avoir invité ses collègues à faire le sit-in et les incité à continuer la grève. «J’ai  été arrêté hier et envoyé chez le préfet. Dans le bureau du Préfet, j’ai été sermonné. On m’a prodigué des conseils et on m’a demandé de dire aux enseignants de reprendre le chemin de l’école.»

Malgré la reprise des cours à Lola, le secrétaire local du SLECG parle d’une reprise partielle  parce que pour lui, la suspension de la grève doit venir du bureau central en reconnaissant tout de même que la grève n’est pas suivie à 100% à cause bien sûr d’un autre syndicat.

Beleu Loua a aussi fait cas des difficultés que rencontrent les enseignants pour joindre les deux bouts. Certains vont dans les écoles privées  pour  donner des cours. Ne serait-ce que pour avoir le prix d’un sac du riz… D’autres, selon lui, vendent du charbon de bois pour faire face au gel de leurs salaires.

Après sa libération, le secrétaire du SLECG local, pense que les négociations ne peuvent pas aller avec la menace et l’intimidation : « comment   pourra-t-on  négocier avec des gens qui menacent  notre bureau ? Un bureau qu’on refuse de reconnaitre ? Les papiers  introduits à la Préfecture sont toujours bloqués »

Quant au Directeur Préfectoral de l’Education (DPE) il soutient que son rôle est de sauvegarder la paix : « je suis là pour la paix. Elle ne s’acquiert pas par la bouche. C’est par le comportement. Donc, il faut l’imposer par tous les moyens.  Les gens qui se réclament du SLECG ne sont pas des élus légaux.  Pour qu’un bureau soit reconnu officiellement, il faut un accord de la base. Tous les enseignants des sous-préfectures et ceux de la commune urbaine devraient assister à une assemblée générale élective. Ce qui n’a pas été le cas. »

S’agissant du dossier de l’arrestation du représentant du SLECG à Lola, les autorités l’ont niée en bloc. « Personnes  n’a arrêté Beleu loua.  C’est un mensonge.  Ici, il a dit que le Préfet  est son père.  C’était une rencontre entre  un père et son fils.  C est un fabulateur. Le préfet lui avait dit avant d organiser une manifestation, il faut écrire au Maire. Et non lui ».

Il faut retenir que depuis une semaine, les élèves vont à l école  et le nombre de présence des enseignants augmente.