Lola : le porte-parole du RPG à Gueasso réagit à l’interview du représentant du Bloc Libéral

août 21, 2018 10:57
0

Interrogé sur les fraudes et  le bourrage d’urnes et l’installation des zébus  à  Gonota, Mohamed Soumahoro fait la genèse de ce problème.

«Dans la Sous-préfecture de Gueasso, chez nous, c’est le village de Karamoko Soumahoro qui a été le premier à  accueillir les zébus maliens avant  que Ibrahima Diabaty Doré soit le maire de Gueasso. C’était en 2002, aux premières heures de la guerre en Côte d’Ivoire.  C’était à cette période que les bergers ont quitté la Côte d’Ivoire pour  s’installer dans les districts frontaliers. Je vous rappelle que Djebori et  Karamoko Soumahoro  ont demandé 20 millions aux éleveurs qui résident à Gonota pour  financer ses études à Conakry.  Ils  ont été  convoqués à la justice de Paix de Lola  lorsqu’ils avaient demandé le départ de ces  éleveurs. Et parmi eux, beaucoup sont des Guinéens qui étaient là  depuis plusieurs années

A la question  de savoir si  c’est le maire qui a ordonné l’installation des troupeaux dans les villages,  il a dit que chaque village est responsable de l’installation des bœufs. Personne ne les a forcés.

« Karamoko Soumahoro  a cité les noms de plusieurs personnes. Mais je vous avoue qu’il ne connaît pas Gueasso, à plus forte raison les districts.  Nous l’informons que c est seulement à Gonota que le RPG a perdu.  Ce qu’il  rapporte aujourd’hui  n’est pas  nouveau. Je précise encore que  Moribadou  n’est pas égal à son village. A part la sous-préfecture, aucun district de Gueasso   n’est proche de Moribadou sur le plan de développement, avec l électricité »

Selon Mohamed  Soumahoro,  il y a deux ans, Sekou Rouge Condé du ministère de la Fonction Publique a informé le maire sur  un problème de gare routière entre Moribadou et Wolono. Le maire sortant aurait dit que Moribadou était mieux placé pour faire  une gare. Après ce refus, il était devenu l’ennemi numéro un.  On l’accuse de tout.

« Il accuse le colonel Souleymane Donzo d’être responsable.  Je dis haut et fort que lui et son groupe sont manipulés  par certains cadres qu’ il a cités dans ses interventions : Sekou Rouge  Condé,  Alpha Sidibé,  Djebori,  Bangaly Camara, Bangaly Sagno.  Chez  ces cadres, le RPG n’a pas gagné. Il a parlé que ses parents ont été  envoyés à Lola.  Oui. Parce que lui-même faisait partie  de ce groupe qui a demandé 20 millions de francs guinéens.  Karamoko, je le dis et j’insiste, est un perturbateur qui avait provoqué un conflit dans son village pour remplacer un chef du village par son ami. On peut mentir devant la presse pour plaire à Faya Millimono, mais je réitère que ce monsieur ne doit pas accuser les autorités dans la fausseté.  S’il pense que l’accord politique signé à Conakry est la solution,  nous attendons de voir. J’avais bien dit que Gueasso n’aurait pas  de maire  en 2018 », menace-t-il avant de réitérer ce qu’il avait dit. « Tu peux dire à Conakry ce que tu peux dire, mais tu parles de Moribadou, c’est un village renommé, le village le plus islamisé, le plus sain de la sous-préfecture de Gueasso. J’ai peur. Dire que  les gens de Moribadou ont fraudé !   Sous  le régime  de Lansana Conté, malgré la menace des autorités d’alors,  Moribadou n’a jamais voté PUP ! C’est aujourd’hui ?  Un groupe  de délinquants se regroupent à Conakry  pour  dénigrer ces paisibles populations.  Nous  lui demandons de venir installer son président de district », dira-t-il, avant de demander la paix à Gueasso.

« ….. Nous voulons la paix. Sinon Karamoko Soumahoro est un médiocre…Moi j’ai arrêté les études  en classe de 3è ensuite je suis  parti en Côte d’Ivoire… Malgré ça, je parle bien français plus que lui…Et il draine des malhonnêtes avec lui….Aujourd’hui, les gens comme Yamati ne peuvent se rendre dans certains districts  par rapport à leur passé récent dans la confection de faux billets, la vente de cannabis et le détournement des biens  de la sous-préfecture de Gueasso. Il a été DSPJ, au temps de son frère Jimmy. Jusqu’aujourd’hui, il a l’argent des gens. Je dis à monsieur Karamoko Soumahoro, si c’est en racontant le mensonge  à Conakry qu’il peut avancer,  nous  soutenons  le maire du RPG Arc-en-ciel.  Nous  n’avons pas demandé que nos  voix  soient bradées par un accord politique quelconque.», insistera-t-il à nouveau. Avant de proférer des menaces en ces termes : « …S’ils ne reviennent pas sur cet accord, nous  n’accepterons pas  l’installation d’un maire impopulaire chez nous à Gueasso. Ici à Gueasso, le premier parti c’est RPG suivi de l’UFR et de l’UFDG….  Je vous apprends que le candidat de l’UFR a abandonné son  projet de candidature au  profit du candidat du RPG »