Lola: les hippopotames nains menacés d’extinction par  l’effet de la déforestation

0
1778

L’hippopotame nain  ou hexaprotodon  libériensis  est une espèce  d’hippopotames originaire  des forêts et marécageuses  de l’Afrique de l’ouest dont le groupe  qui vivait  dans la forêt de Ndéré ont disparu sur l’effet d’exploitation  anarchique  et la destruction  des  refuges  sur le Cavally et la forêt de Ndéré .

Ce mammifère  est un animal  discret,  solitaire  et nocturne  même si la masse  d’un mâle  adulte  peut avoisiner  275 kilogrammes .

 Il est l’une  des deux espèces  encore existantes  dans la famille  des hippopotamidés.

Bernard est un chercheur et   le représentant  de l’ONG  Silbatrov  dans la région de N’Zérékoré affirme que les  hippopotames nains existent dans la forêt de Ziama  dans Massadou et  dans la forêt de Diéké dans Yomou.

« Pour la forêt de Nderé,  ça existait  avant 2015, maintenant après  2012  je ne sais  pas  s’ils existent maintenant  ou pas. Je suis le représentant Silibatrof. En  2012  il y avait des hippopotames  dans le  confluent de Cavally  et Ndere,  c’était leurs bases. Depuis lors, on a quitté les lieux  par manque de financement  pour le suivi et Silibatrof s’est beaucoup intéressé ensuite à la forêt de  Ziama  et de Dieké », a-t-il déclaré.

A la question de savoir   la cause du départ de Silibatrof vers Ziama et Diéké, selon notre interlocuteur, « qu’il y avait des hippopotames  nains  qui se trouveraient au haut Niger,   et qu’il y a eu aussi  l’émigration  des hippopotames nains vers  la Côte d’Ivoire voisine. Dès fois, ils ont émigré  à cause de l’exploitation anarchique du bois par la société  Valoris  et lors de ma dernière mission,  on n’a pas vu de trace des hippopotames  nains.  Des chasseurs ont exterminé  pour dire  qu’ils ont émigré en Côte d’ivoire. Lors de la dernière recherche,  des ossements ont été retrouvés.  On  a demandé à quelques chasseurs  qui vivaient  auprès  du confluent  du  Cavally,  ils ont dit que les hippopotames  nains  étaient  là  où ils faisaient la mise bas.

Avant  quand on partait, on trouvait ces hippopotames dans le confluent  de Ndéré et du Cavally, maintenant en 2012, on n’a pas  vu des traces  et on  a demandé  aux  chasseurs qui disent qu’ils sont  partis. Mais vers où ? C’est la grande question.

L’émigration des  hippopotames nain vers la  Côte d’Ivoire,   je ne peux confirmer  parce que  étant un scientifique  je ne peux dire qu’ils sont  là-bas,  c’est un dit  mais ils ont disparu », a-t-il souligné.

Avant de poursuivre en ces termes : « Après l’exploitation  de la forêt, les gens ont occupé  la forêt  les animaux  ont disparu  sur l’effet de la destruction. L’hippopotame nain conserve  de nombreuses adaptions terrestre  en comparaison  de  l’autre espèce. C’est un animal semi-aquatique  qui se repose  au bord de l’eau. Certains hippopotames nains  utilisent  des tanières  où des terriers  qui se forment  dans les berges   des cours d’eau. On ne sait  pas  si les hippopotames  participent à la  création  de ces tanières.

 La  grande majorité  des hippopotames  nains vit  au Liberia  avec quelques populations plus petites  souvent regroupées  près de la frontière  libérienne, en Côte d’Ivoire, en Guinée  et en Sierra Leone. Les hippopotames nains  n’ont  probablement  pas été sensiblement  réduits  ces dernières années. Leurs populations sont fragmentées, car elles ne vivent  que  dans les portions  des cours d’eau  qui traversent  des régions boisées. Les hippopotames nains vivent  dans la réserve nationale  de Taï en Côte d’Ivoire  dans la réserve de Ziama  à la frontière libérienne  dans la forêt de  Gola,  dans l’île de  Tiwai  sur le fleuve Moa  et dans le mont Loma. Mais le groupe qui existait dans la biosphère des monts nimba a disparu  sur l’effet de la déforestation et  le braconnage », a-t-il conclu.