Lola: les travaux de bitumage traînent faute de financement

0
665

Lancés le 16 décembre 2018 par le président Alpha Condé, les travaux du bitumage de la voirie urbaine de Lola  peine à avancer à la satisfaction de la population, alors que les travaux étaient censés durer 12 mois.  Avec le début des grandes pluies dans la commune urbaine, le déplacement  devient de plus en plus difficile à cause de la dégradation des voies qui ont été grattées par l’entreprise  BEGEC TP, qui est en  charge  des travaux.

Pour Kémoko Diallo, ingénieur de génie rurale et chef de chantier du BEGEC TP pour les travaux de 12,5 kilomètres de la voirie de Lola, les travaux évoluent  à pas de caméléon.

« C’est par manque d’obtention du financement. De  2019  jusqu’à maintenant, l’avance de démarrage n’est pas encore payée. Les travaux que nous effectuons actuellement sont financés par la société BEGEC TP,  parce que l’emploi  jeune dans la préfecture est notre précaution, c’est pourquoi dès notre arrivée,   la société s’est présentée aux autorités préfectorales avant le démarrage des travaux », a relevé notre interlocuteur.

« Nous travaillons avec des petites entreprises de la préfecture. On était obligés de collaborer avec elles,  en les engageant  sur des tronçons bien définis,  et  après la réalisation de 100 mètres on les paie,  et à leur tour, elles payent  les  manœuvres locaux », dit-il.

Kémoko Diallo reconnait que les grandes pluies créent un handicap pratiquement vu l’intensité de la pluie  dans la zone forestière. « Pour le moment, nous sommes  en train  faire les travaux de béton des caniveaux mais on n’a pas commencé d’abord  les  grands ouvrages », a-t-il indiqué.

Selon lui,  ils seraient pratiquement au-delà de 24%  des travaux exécutés qui sont concentrés  sur les caniveaux.  Les différentes équipes sont déployées sur le terrain et s’attèlent à refermer 3000 mille  mètres  de caniveaux  avant la grande pluie.

Aujourd’hui la priorité porterait d’abord  sur les  différentes lignes, dont la ligne principale allant  du rondpoint  de Zagalozou,  en passant par Heinkola  jusqu’au cimetière  musulman qui fait 2 ,20 kilomètres.

La ligne 12 de la DPE à la résidence du préfet qui fait une distance 602 mètres, puis la ligne 4  du carrefour génie rural pour aller à la résidence  du préfet,  qui fait s’étend elle sur une distance de 500 mètres.  Ensuite il y a  la ligne 8 qui va du carrefour Heinkola  pour aller traverser le carrefour de Samory,  traverser le marché,  pour aller au carrefour de Manghamo, et sur cette ligne 8, ils n’auraient fait que 300 mètres, pour le moment.

A la question de savoir à quand  la date buttoir  de  la fin des travaux,  il a affirmé que «l’âme se nourrit d’espoir. Nous espérons continuer avec le partenaire jusqu’au bout  et nous sollicitons son appui  pour que les choses avancent rapidement. Car à cette allure où vont les choses, il faut que la maladie quitte notre pays  pour qu’on puisse remettre les choses sur les rails,  pour avancer encore dans les travaux. On a impliqué tout le monde pour que la facture bouge.  On a émis une facture de payement   qui est partie. Et   pratiquement, l’avance  du démarrage n’est pas payée. Quand ces sommes seront payées, on pourra aller plus rapidement », promet notre interlocuteur.

Qui a tenu à préciser ensuite ceci sur le niveau des travaux : « à cause du manque de financement,  on a réduit et ramené tout au niveau des caniveaux. Ce  qui va nous permettre petit à petit de tenir jusqu’au financement. Jusqu’ici, l’avance du démarrage n’est pas payée.  Sinon les documents ont été remis,  et  ils  se  trouvent  dans les tiroirs de l’administration.  Mais vous savez que  tout le monde  se préoccupe pour le moment du  problème de la maladie.

Tout ce que je peux dire, c’est de multiplier  les efforts  pour débloquer  la situation au niveau des pouvoirs publics.  Car la finition de ses travaux  est notre objectif premier », a-t-il souligné.

Par ailleurs interrogé par Guinéenews pour comprendre les raisons du retard du décaissement des fonds devant permettre la relance des travaux de la voirie urbaine de Lola, le directeur préfectoral des travaux publics de Lola a tenu à préciser tout d’abord que l’entreprise BEGEC a reçu une avance pour les travaux de la route Beyla et non pour Lola. Et c’est sur cette avance que l’entreprise s’est arrangée à financer les travaux des caniveaux de la voirie urbaine de Lola.

Les travaux de construction de la voirie urbaine de Lola sont financés par le budget national de développement (BND), a indiqué Mamady Diawara, le directeur préfectoral des TP de Lola. C’est pourquoi il caresse l’espoir de voir le projet reconduit par la nouvelle Assemblée pour, dit-il, le bonheur de la population de Lola.

Quant au coût des projets de construction la voirie urbaine des deux communes (Beyla et Lola, ndlr), le Directeur préfectoral rappelle qu’il s’élève à hauteur de 270 milliards de francs guinéens. S’agissant de Lola, l’investissement est estimé à plus de 138 milliards de francs guinéens pour les 12,5 kilomètres, nous confie-t-il.