Lola: Plusieurs éleveurs chassés par des autochtones, trouvent refuge  à la sous-préfecture de Foumbadou

0
1371

Un incident a été enregistré lundi entre des  habitants  de Vamorodou, localité située  dans la sous-préfecture de Foumbadou et des éleveurs peuls de Bassano. Chassés par les autochtones suite à cette tension, les éleveurs et leurs bœufs ont trouvé refuge dans les locaux de la sous-préfecture.

En 2017  plusieurs habitants  de ce village  ont été jugés et emprisonnés  à Lola,  suite à un conflit lors duquel, des villageois  avaient  tué des  bœufs. C’est suite à un accord avec la coordination konia, qu’ils furent ensuite  libérés.

L’information faisant cas de l’incident de ce lundi a été confirmée par  le sous-préfet  de Foumbadou, le lieutenant-colonel Mila Camara.

Dans son témoignage, il a tenu à rappeler ce qui suit: « Il y a eu deux événements  successivement  tous contre les éleveurs. Le premier c’est un ancien dossier  de 2017  qui a rebondi. Ce sont eux-mêmes  qui ont fait installer  les éleveurs   devant le conseil danois   et signé un contrat officiel avec  des éleveurs, qui leur payaient  8 millions de francs guinéens par an  aux villageois. Après, ils sont venus  encore en novembre pour dire qu’ils ne veulent plus renouveler  leur contrat avec les éleveurs. Et  que ceux-ci n’ont qu’à partir. J’ai informé alors les éleveurs, que les citoyens de Vamorodou  disent qu’ils ne veulent plus  renouveler  le contrat  et qu’ils ne veulent plus les voir, donc de partir.

J’étais sur ce dossier,   et voilà que  le  chef de secteur qui était là  et qui était d’accord  avec les éleveurs, a mobilisé  ses citoyens pour qu’ils s’opposent  au départ des éleveurs », a tenu à camper le sous-préfet.

Selon le sous-préfet, l’installation  des éleveurs à Vamorodou  fait suite à un accord  entre des éleveurs  et la coordination Konia en 2017. Cet accord a été signé par  les habitants,  non pas avec les autorités. Le vendredi dernier, ils ont pris les bœufs des éleveurs jusqu’à Foumbadou  dans la cour du domicile du sous-préfet  et ils se sont  présentés à moi.  Nous avons envoyé  les bœufs jusqu’au pont  et j’ai remercié ces gens. Le lendemain matin, les Peuls de Bassano  qui sont avec eux depuis plus de 20  ans, sont partis chasser les bœufs de ces gens,  et  les beaufs de 5 parcs sont  en divagation aujourd’hui  dans la nature. C’est ainsi que  j’ai appelé  le  préfet qui a pris ses responsabilités », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter: « ce matin un ressortissant d’un village voisin est parti accusé un éleveur peul   qu’il a été braqué par celui-ci, et  que des jeunes de Bassano auraient des armes  dans la brousse. J’ai détaché  deux agents sur le  terrain qui ont sillonné parc par parc avec le président du district  et  l’intéressé,  mais il n’a pas pu trouver ni montrer quelqu’un. Hier lundi, les agents ont pris  quatre personnes,  le chef du village  et trois femmes.  Mais je me suis engagé  et ils ont été libérés par les gendarmes. Lorsque les gendarmes sont arrivés,  tous  les éleveurs Bassano  avaient été chassés par les habitants de Vamorodou. Ils sont tous hébergés pour le moment à la préfecture », a-t-il révélé.

Contacté par notre reporter, le maire de Foumbadou  Alpha Kabinet Kourouma  a affirmé que ‘’rien n’est clair pour le moment, les éleveurs sont chassés  mais ce n’est pas un fait nouveau. Nous avons fait appel aux deux communautés pour trouver une solution favorable. En ce moment  même une réunion est en  cours autour de cet incident’’, a-t-il indiqué.